Passer au contenu principal

Flash marchés du 19 au 23 décembre


 

 le 26/12/2016
 

Environnement économique

 
États-Unis : la croissance du troisième trimestre a été revue à la hausse pour s’établir à + 3,9 % en rythme annuel. Ce chiffre avait été initialement fixé à + 3,2 %. Au deuxième trimestre, l’activité avait progressé de 1,4 %. La consommation des ménages est restée l’élément moteur en augmentant de 3 %. Les exportations ont également contribué au dynamisme de l’économie, avec un taux de croissance de 10 %, chiffre le plus élevé depuis 3 ans, malgré la vigueur du dollar. Enfin, l’investissement des entreprises, qui était dans le rouge depuis plusieurs mois, a progressé de 1,4 %. Le raffermissement de l’économie donne donc raison à la Banque centrale qui a monté ses taux en décembre.
 
Zone euro : les dépenses des ménages français ont augmenté de 0,4 % en volume en novembre, après + 0,8 % en octobre, selon l’INSEE. L’institut remarque que les achats d’automobiles sont repartis à la hausse et que les dépenses d’énergie (+ 1,4 %) augmentent encore. En Italie, le Parlement a voté une enveloppe de 20 milliards d’euros dédiée aux banques pour pallier l’échec de l’augmentation de capital (5 milliards d’euros) de Monte dei Paschi di Siena.
 

Marchés financiers

 

L’approche des fêtes de Noël a entraîné une baisse des volumes traités en bourse, relativisant ainsi les mouvements de la semaine.
 
Taux : repli généralisé des taux souverains à 10 ans. Ce mouvement touche les emprunts d’État américains dont les rendements perdent 5 points de base à 2,54 %. Au sein de la zone euro, le taux à 10 ans de l’emprunt français recule de 8 points de base à 0,69 %. Un accord sur l’allègement de la dette grecque se dessine en janvier. Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) pourrait, d’une part, étendre la maturité de certains prêts octroyés au pays, pour le faire passer de 28 à plus de 32 ans. Le MES pourrait, d’autre part, convertir en taux fixe des prêts initialement à taux variables, afin d’éviter au pays des remboursements trop dépendants de l’évolution des taux en zone euro. Le coût de ces mesures, pour les États membres, est évalué à environ 200 millions d’euros.
 
Actions : les indices ont légèrement progressé. Le bilan hebdomadaire s’élève à 0,13 % pour le CAC 40 (+ 4,37 % depuis le début de l’année), à + 0,25 % pour l’indice américain S&P 500 (+ 10,76 % depuis la fin 2015) et à + 0,45 % pour l’Euro Stoxx 50 (+ 0,20 % depuis la fin 2015). Ce dernier indice a profité du soulagement à l’annonce d’une solution pour le sauvetage des banques italiennes. Le secteur des télécommunications a également tiré son épingle du jeu avec une valorisation hebdomadaire de 3 %.
 
Rédigé le 26/12/2016

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale