Passer au contenu principal

COP21 : les entreprises restent mobilisées


 

​08/01/2016

COP21 : les entreprises restent mobilisées

COP21 : les entreprises restent mobiliséesUn mois après la signature de l’accord mondial sur le climat à Paris, 72 % des Français(1) considèrent que la COP21 a été un succès. Près d’un Français sur deux (46 %) identifie les grandes entreprises comme de nouveaux acteurs engagés dans la mobilisation vers un objectif commun, et 44 % estiment que celles-ci ont une réelle capacité à infléchir le cours des choses.


Le prix du carbone intégré dans la stratégie d’entreprise

Il faut dire que jamais les entreprises n’auront autant fait entendre leur voix sur le changement climatique que lors de la conférence de Paris : 39 entreprises françaises (dont Alstom, Auchan, Danone, L’Oréal ou Total) se sont ainsi engagées à investir 45 milliards d’euros en projets industriels et en recherche dans les énergies renouvelables d’ici à 2020 ; dans le même temps, 64 dirigeants de grands groupes multinationaux (parmi lesquels Carrefour, Lafarge, Saint-Gobain, EDF, Engie, Veolia et Total), réunis dans le cadre de la *Carbon Pricing Leadership Coalition*, ont affirmé vouloir désormais intégrer un prix du carbone dans leurs stratégies ; enfin, 450 entreprises de toutes nationalités se sont engagées à rendre compte de leurs progrès au travers de reportings annuels.

L’audit énergétique, c'est maintenant

Côté obligations légales, les entreprises de plus de 250 salariés ont jusqu’au 5 juillet 2016 pour mettre en œuvre un audit énergétique. Cette contrainte nouvelle résulte de la transposition dans le droit français de la directive européenne sur l'efficacité énergétique. L'article 40 de la loi du 16 juillet 2013 portant diverses dispositions d'adaptation au droit de l'Union européenne dans le domaine du développement durable, dite loi DDADUE, oblige en effet les entreprises de plus de 250 personnes, ou réalisant plus de 50 millions d’euros de chiffre d'affaires et ayant plus de 43 millions d’euros au bilan, à effectuer un audit énergétique tous les quatre ans. Seules les entreprises certifiées ISO 50001 sont exemptées de cette obligation.

Initialement fixée au 5 décembre 2015, la date du premier audit a été repoussée de sept mois. Le retard pris pour la parution des décrets d'application et le manque d'auditeurs accrédités pour le réaliser dans les 5 000 entreprises concernées avaient en effet rendu les délais impossibles à tenir.

Le volontarisme des grandes entreprises pourrait montrer aux PME le chemin d’une stratégie de développement axée sur le développement durable. Pour financer cette stratégie, les PME peuvent dès à présent bénéficier de prêts bancaires comme le prêt PROVair de la Banque Populaire qui finance les projets liés au développement durable à taux préférentiel. Lorsque les investissements envisagés sont importants (éoliennes et installations photovoltaïques d’envergure par exemple), Sofergie Natixis Energeco(2) prend le relais pour proposer un financement global sous forme de crédit-bail ou de location. 

(1) Enquête Havas Paris-Ipsos, réalisée auprès d’un échantillon de 1 010 personnes interrogées en ligne le 14 décembre 2015.

(2) Natixis Energeco est la filiale de la Banque Populaire spécialiste du financement des énergies renouvelables.
 

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale