Passer au contenu principal

Flash marchés : bilan de l'année 2016


 

 le 3 janvier 2017

 

Actualités des marchés financiers : bilan de l’année 2016

 

Environnement des marchés

 

2016 a débuté avec des craintes liées à la croissance américaine et chinoise. Aux États-Unis, après 6 ans d’expansion, l’économie pouvait souffrir d’un dollar fort et d’une industrie pétrolière en difficulté. En Chine, les inquiétudes portaient également sur la croissance et les risques liés à un endettement privé élevé, alors que le système bancaire est fragilisé par des montants importants de créances douteuses.

 
À partir de juin, les risques politiques ont pris le dessus, le ralentissement aux États-Unis, comme en Chine, s’avérant moins important que ce qui était redouté. Le risque politique s’est focalisé sur 3 points :
- les conséquences du référendum au Royaume-Uni sur la sortie de l’UE ;
- les résultats des élections aux États-Unis ;
- l’évolution de la situation en Syrie.
 
Au moment du bilan, deux constats s’imposent. La bourse anglaise clôture l’année au plus haut, l’indice FTSE dégage une performance d’environ 14 %. Pour les non-résidents, ce bilan est relativisé par la chute de 15 % de la livre sterling face à l’euro. Aux États-Unis, l’indice de confiance des ménages est au plus haut depuis 15 ans et la bourse a battu des records.
 
2017 s’annonce riche en événements politiques avec des élections aux Pays-Bas en mars, avec un risque lié aux bons sondages de la droite populiste. En avril-mai, les présidentielles en France, suivies en juin par des législatives. En septembre, des élections en Allemagne où Angela Merkel se présente pour un quatrième mandat. Enfin, mentionnons un risque d’élection en Italie, même si celle-ci devrait se dérouler plutôt en 2018.
 
Obligataire : hausse des taux longs aux États-Unis, avec le changement de politique monétaire, les craintes inflationnistes et les risques de dérapages budgétaires liés au programme de Donald Trump. On assiste à un découplage avec les taux de la zone euro où la BCE a décidé de prolonger son QE, en le réduisant de 20 milliards d’euros pour le passer à 60 milliards d’euros chaque mois.
 
Actions : le bilan final est positif, même s’il est marqué par de fortes disparités. Qui aurait pu croire, début 2016, que la Bourse brésilienne progresserait de 38 %, que la Bourse anglaise afficherait une des meilleures performances parmi les grandes places européennes ? L’indice MSCI Monde clôture l’année sur une hausse de près de 5 %, comme le CAC 40 (+ 7,67 % dividendes nets réinvestis). De son côté, l’Euro Stoxx 50, pénalisé par les banques italiennes, gagne 3,7 % avec les dividendes. L’indice MSCI Europe progresse de 2,6 %. Les élections américaines ont provoqué une importante rotation sectorielle, avec en particulier un rebond des cours des banques qui terminent l’année sur une perte de 8 %, après une chute des cours de 30 % au cours de l’année.
 
Rédigé le 2/01/2017

 


 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale