Passer au contenu principal

Flash marchés du 26 au 30 juin 2017


 

​le 30/06/2017

 

 

Environnement économique

 
Zone euro : hausse de l’indice du climat des affaires en juin en Allemagne. En France, la confiance des ménages dans la situation économique s’affiche à un plus haut niveau depuis 10 ans. Selon Eurostat, le taux d’inflation de la zone euro a été estimé à + 1,3 % en juin, contre 1,4 % en mai. En Allemagne, la hausse des prix reste plus forte, avec une augmentation de 1,6 % en rythme annuel en juin.

 

Etats-Unis : deux enquêtes en juin montrent une bonne tenue de la confiance des consommateurs. De même, l’activité manufacturière a continué de croître dans le Midwest (indice ISM de Chicago) à un rythme plus vigoureux que prévu. La dernière révision de la croissance du premier trimestre aboutit à un rythme de hausse annualisé de 1,4 %, soit une légère augmentation par rapport au 1,2 % annoncée précédemment. Cette révision est attribuée aux dépenses de consommation des ménages et aux exportations qui ont progressé plus fortement.
 

Marchés financiers


Taux : le discours de Mario Draghi a été perçu comme un signal d’un biais moins accommodant pour la politique monétaire à venir de la BCE. Il se produit dans un contexte de reprise généralisée de la croissance, alors que l’inflation en juin a tendance à ralentir dans la plupart des pays, sous l’impulsion d’une baisse des prix de l’énergie. Depuis 2013, l’inflation de la zone euro n’a pourtant jamais dépassé la cible de 2 % fixé par la Banque centrale. Cette inflexion de la politique monétaire se retrouve aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. Ce changement de ton a impliqué une hausse sensible des rendements à long terme. Ainsi, le taux à 10 ans français termine la semaine à 0,82 % (+ 21 points de base) ; le rendement allemand, à 0,47 %, enregistre une hausse de même ampleur.

Actions : la hausse des taux a pénalisé les sociétés de services aux collectivités. Elle a aussi entraîné une revalorisation sensible de l’euro vis-à-vis du dollar (1,14 dollar pour 1 euro), ce qui pénalise les entreprises exportatrices et, plus généralement, les valeurs qui ont des actifs en dollar.

Rédigé le 30/06/2017


 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale