Passer au contenu principal

Flash marchés du 8 au 12 mai 2017


 

​Le 15 mai 2017

 

Environnement économique

 
États-Unis : le climat politique s’est brutalement dégradé avec le limogeage du patron du FBI. Le président soupçonnait ce dernier d’enquêter sur les relations entre son administration et la Russie. Certains commencent à parler d’une procédure d’ « impeachment » conduisant à la destitution du nouveau Président. D’après les bookmakers, cette probabilité est passée de 35 % à 60 %. Ce taux est d’autant plus surprenant que le Congrès a une majorité républicaine.

 
Sur un an, le taux d’inflation en avril atteint 2,2 % en données brutes et 1,9 % hors éléments volatils comme le prix du pétrole.
 
Zone euro : la Commission européenne relève sa prévision de croissance pour 2017 à 1,7 %, contre 1,6 % précédemment. En revanche, elle ne prévoit pas de franches accélérations l’année prochaine. En Allemagne, la croissance au premier trimestre ressort à 0,6 % ; elle avait augmenté de 0,4 % sur les trois derniers mois de 2016. Le dynamisme de l’activité repose sur une progression de l’investissement et des échanges extérieurs.
 

Marchés financiers

 

Taux : peu de variations sur les taux à 10 ans cette semaine. Pourtant, la probabilité d’une hausse des taux directeurs en juin aux États-Unis est forte. Or, le taux américain à 10 ans a baissé de près de 10 points de base depuis le début de l’année, à 2,35 % aujourd’hui. En 2018, il faut s’attendre, en zone euro, aux premières mesures revenant sur l’assouplissement monétaire. Le calme qui règne aujourd’hui sur les marchés de taux s’explique, aux yeux des économistes de Natixis, par l’incertitude sur l’évolution du prix du pétrole et les doutes sur les politiques économiques aux États-Unis. En particulier, quelle sera l’ampleur de la relance budgétaire et des mesures protectionnistes.

 
Actions : les élections en France sortent du radar des gérants internationaux. Selon les stratégistes d’Axa, les questions qui se posent portent sur le rythme de croissance aux États-Unis, l’évolution des taux longs et des taux courts aux États-Unis, comme en zone euro et la fragilité de la situation politique en Italie, alors que des élections sont attendues en fin d’année ou au début de 2018. En attendant, la saison des résultats trimestriels est bien avancée avec 90 % des entreprises appartenant aux indices qui ont publié leurs comptes. Pour le CAC 40, en moyenne et selon Bloomberg, les ventes au premier trimestre sont en hausse de 9,3 % et les résultats augmentent de près de 65 %. Avec un total de 73 milliards d’euros en 2016, contre 53 milliards d’euros en 2015, les profits avaient fortement monté, sans atteindre le sommet de 95 milliards atteint en 2007. Pour 2017, les analystes s’attendent à une hausse de 15 % environ des profits. En Europe, ces chiffres sont presque aussi bons avec des hausses de 10,3 % et 37,9 %, respectivement, pour les entreprises de l’Euro Stoxx 50. Aux États-Unis, pour les entreprises appartenant à l’indice S&P 500, les ventes augmentent de 8,7 % et les bénéfices de 15,5 %.
 
Rédigé le 12/05/2017

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale