Passer au contenu principal

14è édition de l’enquête annuelle de la franchise Banque Populaire Chap 2 : les Français ont envie d’entreprendre


 

14è édition de l’enquête annuelle de la franchise Banque Populaire : Chapitre 2 : les Français ont envie d’entreprendre… en franchise

 

 

Paris, le 23 novembre 2017
 
L’enquête annuelle de la franchise Banque Populaire, en partenariat avec la Fédération française de la franchise (FFF) avec la participation de l’institut CSA et l’Express, est l’étude de référence sur le monde de la franchise. Le deuxième volet de cette 14è édition confirme d’une part, la volonté des français d’entreprendre en franchise et souligne, d’autre part, l’importance de la formation et de l’animation du réseau dans la relation franchiseur/franchisé.
 

La franchise : un concept qui séduit près de la moitié des candidats à l’entreprenariat

 

 

Selon l’enquête annuelle de la franchise Banque Populaire / FFF, 39 % des Français interrogés en 2017 aimeraient créer leur entreprise ou se mettre à leur compte. Avec une hausse de 8 points par rapport à 2016, cette tendance reste cependant relativement stable depuis 2014. Par ailleurs, 44 % d’entre eux envisagent de se lancer en franchise, ce qui confirme l’attractivité du modèle.

 

 
Aux yeux de ces Français à l’esprit entrepreneurial, les avantages de la franchise sont nombreux : l’accompagnement et les moyens mis en place pour les franchisés sont cités par 41.% d’entre eux, suivi par le bénéfice de la notoriété de la marque (pour 40 %) et la volonté de limiter les risques financiers (pour 29 %).En revanche, lorsqu’un candidat à la franchise décide de « sauter le pas », le critère de la notoriété de la marque devient prépondérant, suivi par la puissance et les moyens du réseau.
 
Avant d’ouvrir leur enseigne, 95.% des candidats à la franchise se renseignent préalablement sur le réseau, à travers notamment le Document d’Information Précontractuel (DIP), l’évaluation du rapport qualité/prix de l’enseigne ou encore la rentabilité des points de vente existants.
 
 

L’accompagnement et la formation des franchisés

 

Le point commun de tout candidat à la franchise - qu’il soit issu du secteur privé (comme 76 % des personnes interrogées en 2017), à son compte (18 % d’entre eux) ou inactif (6 % des personnes sondées) – est la formation initiale indispensable à la transmission du savoir-faire.
Malgré un raccourcissement de leur durée moyenne depuis trois ans la qualité de ces formations est toutefois soulignée par 75 % des franchisés, qui estiment avoir été bien préparés avant le lancement de leur activité. Quant aux salariés des franchisés, ils ne sont pas en reste, puisque 87 % d’entre eux ont également bénéficié d’une formation initiale selon les franchiseurs interrogés.
 
La formation continue, d’une durée moyenne de 24 jours (contre 18 en 2016 et 2015), a été proposée à 76 % des franchisés, selon les franchiseurs. Le format en présentiel (90 % en 2017) reste le plus largement suivi par les franchisés. A l’instar de 2016, 63 % des franchisés ont suivi une formation en e-learning. Enfin, le coaching/parrainage des franchisés par un franchisé déjà installé au sein d’un réseau, abordé pour la première fois cette année dans l’enquête, est organisé par 70 % des franchiseurs.
 
 

Les franchiseurs et franchisés optimistes pour l’avenir

 
Le niveau d’optimisme dans les réseaux reste toujours très élevé, tant chez les franchisés (74 % ; en hausse de 7 points vs 2016), que chez les franchiseurs (94 %, idem 2016).
 
  • Côté franchiseurs, la qualité humaine du réseau (citée par 68 % d’entre eux) et la qualité/l’évolution du concept (pour 63 %) sont les deux principales sources de leur optimisme. A noter en 2017 : 19 % des franchiseurs ont vu leur part de marché progresser (contre  11 % en 2016) contribuant à favoriser l’optimisme et la confiance en l’avenir.
  • Côté franchisés, les raisons de cet optimisme tiennent essentiellement à leur entreprise et leur enseigne (72 % au global), et plus spécifiquement aux résultats positifs de l’entreprise (pour 30.%), à leur secteur d’activité qu’ils jugent porteur (pour 13 %) et à la conjoncture économique, perçue comme globalement favorable pour 16 %.
 
 
Martine Audibert, franchisée « Le Jardin des Fleurs » à Latresne en Gironde :
« Comptable de formation, je me suis lancée dans l’aventure de la franchise en 2015, avec l’ouverture d’un magasin de fleurs « Le Jardin des Fleurs ». J’ai ainsi bénéficié d’une formation dite « initiale » à la fois théorique et pratique, d’environ douze semaines au total. Grâce à cette formation, j’ai appris mon nouveau métier. L’ouverture du magasin a été un succès et l’aventure continue encore aujourd’hui ! »
 
 
Pour plus d'information, cliquez ici.
 
 
Méthodologie
Enquête réalisée par téléphone, du 6 au 27 juin 2017, auprès d’un échantillon représentatif de 402 franchisés et 200 franchiseurs, constitué d’après la méthode des quotas (date de création de l’entreprise, secteur d’activité, nombre de points de vente, région).

 


>> Télécharger le PDF

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale