Passer au contenu principal

Locations meublées


 

 

​Faut-il profiter de l’aménagement du régime micro-BIC pour les locations meublées ?

 


La réponse de votre expert
Jean-Paul VARVENNE
Banque Populaire

 

 

 

 

 

 

 

Depuis le 1er janvier 2018, la limite des loyers perçus de logements meublés, jusqu’à laquelle s’applique automatiquement le régime fiscal micro-BIC, a augmenté pour passer de 33 200 euros à 70 000 euros par an.

 
Cet aménagement permet de bénéficier de 50 % d’abattement sur les loyers sans autre formalité (ni comptabilité), mais empêche toute déduction de charges.

 

Il convient donc de faire ses calculs et de prêter attention en cas d’acquisition : les logements acquis peuvent donner lieu à d’importants travaux, à des frais d’acquisition, à des intérêts d’emprunt, etc., et pourraient bénéficier de la possibilité d’amortir le bien pour dépréciation (à hauteur de 2 à 4 % par an) pour un total de charges déductibles excédant 50 % du loyer à condition d’opter pour le régime réel simplifié, ce qui nécessite de tenir une comptabilité.

 

Les conditions du régime réel simplifié

 

L’option pour le régime réel simplifié est obligatoirement prise pour deux ans et reconductible tacitement.

 

Elle est possible au début de la location, lors de la déclaration d’existence P0i remise au centre de formalités des entreprises ou lors de la première déclaration de résultat n° 2031 (au plus tard le deuxième jour ouvré du mois de mai de l’année N+1 du début de location).

 

L’option pour le régime réel simplifié s’exerce avant le 1er février de l’année N pour les loyers perçus en N d’une location débutée avant N-1. Exemple : option nécessaire pour les loyers 2019 avant le 1er février 2019 si la location a débuté avant 2018.
 

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale