Passer au contenu principal

Perspectives des Marchés Financiers - octobre 2017


 

Perspectives des marchés financiers

 



Raphaël Gallardo
Stratégiste – Investissement et Solutions Clients
Natixis Asset Management
 
 
 
 
 

La croissance mondiale reste sur sa tendance de 4 % atteinte début 2017 et l’Europe continue de surprendre à la hausse, avec une nouvelle accélération des enquêtes manufacturières.

 
 

Environnement économique


La croissance mondiale reste sur sa tendance de 4 % atteinte début 2017 et l’Europe continue de surprendre à la hausse, avec une nouvelle accélération des enquêtes manufacturières.
 
La zone euro bénéficie d’une dynamique solide, fondée sur les moteurs internes et externe. Ses exportations demeurent dynamiques grâce à un rebond du commerce mondial vers 5%. Les grands gagnants en sont les champions traditionnels tels les Pays Bas et l’Allemagne, mais aussi les nouveaux pays exportateurs, Portugal et Espagne. Le fort rebond des enquêtes industrielles dans les petites économies ouvertes (Corée, Suède) suggère un maintien de cette tendance favorable du commerce mondial de biens industriels. La confiance des ménages européens s’est stabilisée à son plus haut d’avant crise (2007). L’investissement productif devrait rebondir fortement au second semestre d’après les perspectives du secteur des biens d’équipement. La seule ombre au tableau semble à court-terme la force de l’euro. Nous pensons néanmoins que l’euro a fait son pic à 1.20 dollar pour 1 euro et devrait redescendre vers 1.15 dans les trois prochains mois. Le Royaume Uni bénéficie d’un rebond de la croissance des exportations malgré les risques d’instabilité politique et des négociations épineuses sur le Brexit. L’immobilier britannique semble enfin amorcer un atterrissage en douceur.
 
A l’instar de la zone euro, le Japon arbore lui aussi une croissance forte portée par toutes les composantes de la demande. L’inflation restant néanmoins proche de zéro, la Banque du Japon devrait maintenir à horizon fin d’année une politique monétaire ultra-accommodante. La bonne santé de l’Europe et du Japon contraste avec des signaux plus mitigés en provenance de Chine et d’Amérique.
 
Aux Etats-Unis, le dollar faible et la reconstruction post Harvey/Irma dopent la croissance industrielle à court-terme. Mais les prix de l’immobilier ont franchi le seuil au-delà duquel la demande des ménages s’étouffe graduellement. Le niveau d’endettement des entreprises explique également le freinage du crédit bancaire. Face à ces augures de fin de cycle, le marché se raccroche aux espoirs d’une relance fiscale encore bien incertaine. En outre, la Fed combattra les risque de surchauffe post-stimulation budgétaire par des hausses de taux plus rapprochées.
 
La Chine partage les mêmes symptomes de freinage du crédit et de l’immobilier, liés à l’aplatissement de la courbe des taux. La banque centrale est contrainte de suivre la Fed dans ses hausses de taux, au risque de destabiliser le secteur du shadow banking. Mais pour l’heure, tous les indicateurs sont au vert à la veille du 19e Congrès du PCC : il faudra attendre l’issue de ce grand jeu de pouvoir pour connaître les grandes orientations du second quinquennat de Xi Jinping.
 
 
 

Environnement des marchés


Les marchés ont continué de plébisciter les actifs risqués en septembre
, tout en intégrant un discours plus agressif de la Fed et un agenda politique chargé, tant du point de vue domestique (élections en Europe, tribulations législatives et budgétaires aux Etats-Unis) qu’international (Corée du Nord, Kurdistan irakien). Le contexte économique de croissance forte et inflation toujours absente semble légitimer ce positionnement offensif des investisseurs mais les niveaux de valorisation de certaines classes d’actifs nous semble toujours justifier une approche sélective.
 
Le marché américain a signé en septembre de nouveaux records sur fond de volatilité minimale. Derrière la placidité des grands indices se cache néanmoins une rotation sectorielle conséquente des valeurs de croissance vers la value, à la faveur d’un retour des scénarios de reflation et remontée des taux. Ce changement de cap des actions s’est refleté également sur le marché des changes avec, en fin de mois, le retour en grâce du dollar, face aux émergents et à l’euro surtout. Ce rebond a pesé sur la performance des marchés émergents.
 
Les actions de la zone euro, qui avaient pâti de la flambée de l’euro jusqu’à 1.20, ont trouvé un répit, mais le surgissement inattendu de la crise catalane a pesé sur les valeurs bancaires espagnoles en fin de mois. L’impact sur les taux des pays périphériques reste limité mais la crise se déploie dans un vide de leadership européen à l’heure où A. Merkel s’emploie à forger une improbable coalition  « jamaïcaine ». La régence à Berlin n’arrange pas non plus la situation de M. Draghi qui comptait sur une Chancelière reconduite dans ses fonctions pour valider une normalisation monétaire extrêmement prudente au moins jusqu’aux élections italiennes. Si les libéraux allemands imposent une approche plus orthodoxe des questions monétaires et budgétaires dans l’Union Monétaire, le 10 ans allemand pourrait subir une remontée violente avec des répercussions potentielles sur la remontée ammorcée des taux outre-Atlantique.
 


La réaction de la Fed dépendra du choix de Trump pour succéder à Yellen en février prochain. Du faucon Kevin Warsh à la colombe Neel Kashkari, les paris sont ouverts.
 
Achevé de rédiger le 10 octobre 2017
 
Cliquez sur ce lien pour consulter le glossaire financier de Natixis Asset Management
 
Natixis Asset Management
Société anonyme au capital de 50 434 604,76 €
Agrément AMF n°GP 90 009 - RCS Paris n°329 450 738
21, quai d’Austerlitz - 75634 Paris cedex 13 - Tél. +33 1 78 40 80 00

Ce document est destiné à des clients non professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement préalable et écrit de Natixis Global Asset Management S.A pour NGAM Distribution (ci-après « NGAM »).

Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par NGAM à partir de sources qu’elle estime fiables. NGAM se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. NGAM ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers.

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de l’auteur référencé, sont à la date indiquée et sont susceptibles de changer. Il n’y aucune garantie que les développements futurs correspondront à ceux prévus dans le présent document.
 
 

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale