Passer au contenu principal

Protéger vous et vos proches

Près des deux tiers des Français ont actuellement ou ont eu par le passé une personne âgée dépendante dans leur foyer ou dans leur entourage familial . Or, faire face à un état de dépendance coûte cher.

Assurance dépendance


Assurance dépendance : comment bien vivre le plus longtemps possible ?

 

Une situation de dépendance n’arrive pas qu’aux autres : un accident domestique, une fracture, une maladie ou les simples effets de la vieillesse… et vous pouvez perdre votre autonomie. En France, près d’1,2 million de personnes sont dépendantes. Ce nombre ne cesse d’augmenter.
 
 

On compterait 1,5 million de bénéficiaires de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie, une aide de l’État versée aux personnes de plus de 60 ans connaissant un état de dépendance accru) en 2025 et 2 millions en 2040(2).

 

 
Parce que personne n’est à l’abri face à ce « mal du siècle », il est important que chacun puisse l’anticiper.
Les assurances dépendance peuvent vous aider à faire face aux conséquences financières d’une potentielle perte d’autonomie. Vous pouvez alors aborder votre avenir plus sereinement en vous libérant, vous et vos proches, des préoccupations liées aux soucis financiers que vous pourriez rencontrer en cas de dépendance.

 

Qu’est-ce que la « dépendance » ?

La dépendance d'une personne âgée se définit par son incapacité permanente (physique ou mentale) à se prendre en charge au quotidien.
Il existe plusieurs méthodes d’évaluation permettant de déterminer un état de dépendance et son niveau.

La grille AGGIR (autonomie gérontologie groupes iso-ressources) est la principale méthode utilisée par les professionnels intervenant dans le domaine de la dépendance.
Elle distingue six niveaux de dépendance, dont quatre ouvrent droit à l’obtention d’une aide financière, l’APA (allocation personnalisée d’autonomie).
Deux exemples :

  • « GIR 1 » correspond à une dépendance extrêmement lourde, nécessitant la présence d’une tierce personne de façon permanente ;
  • « GIR 4 » correspond à une dépendance restant légère mais nécessitant néanmoins, par exemple, la présence d’une tierce personne pour se lever ou s’habiller.

 

Quelles sont les conséquences financières de la perte d’autonomie ?

Elles sont plus ou moins élevées selon le degré de dépendance de la personne, son environnement et le type de prise en charge dont elle bénéficie. Ainsi, une place en maison de retraite médicalisée coûte en moyenne 2 892 euros par mois(3).
 
Quant au coût d’un maintien à domicile, il peut varier du simple au quintuple selon le besoin. On estime ainsi qu’à domicile, les dépenses directes liées à la dépendance sont de l’ordre de 1 000 euros par mois lorsque cette dépendance requiert une aide équivalente à deux heures par jour, mais qu’elles peuvent dépasser 4 000 euros par mois lorsqu’une garde de nuit est nécessaire, voire plus de 5 000 euros dans les cas de dépendances très sévères exigeant une présence continue(4).

 

Le coût de cette dépendance est-il pris en charge par les pouvoirs publics ?

Selon les derniers chiffres publiés par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA)(5), cet organisme consacre, par ses ressources propres et les crédits d’assurance maladie qu’elle gère, plus de 21 milliards d’euros au financement des politiques d’aide à l’autonomie, à peu près à parité entre personnes âgées et personnes handicapées.

L’action des pouvoirs publics en faveur de la perte d’autonomie consiste notamment, pour les personnes âgées, à verser l’APA, dont le coût annuel est supérieur à 5 milliards d’euros(6). Mais le montant de cette aide, attribuée sous conditions de ressources et en fonction du degré de dépendance, est réparti entre plus d’1,2 million d’allocataires(7). Si son montant maximum est de 1 304,84 euros par mois, le montant versé, en moyenne, n’est que de l’ordre de 500 euros par mois. En outre, moins d’une demande d’APA sur deux est satisfaite.
 

Quelles sont les prestations proposées par les contrats d’assurance dépendance ?

Il existe plusieurs types de contrats d’assurance dépendance.
Les plus répandus sont des contrats de prévoyance dont la vocation est d’aider à faire face aux conséquences, notamment financières, de la dépendance. Le contenu des prestations peut varier selon les contrats : versement d’une rente viagère, versement d’un capital, services d’assistance. Le montant des cotisations varie selon l’âge à l’adhésion, le montant des garanties souscrites et le type de dépendance couvert (dépendance totale ou dépendance totale et partielle).

Attention, certains contrats ne couvrent que la dépendance totale et ne permettent pas de pouvoir s’assurer en cas de dépendance partielle. Or, cette dernière est bien plus fréquente que la dépendance totale, et l’espérance de vie de la personne concernée souvent plus longue.
 

À quoi servent les services d’assistance ?

Face à la perte d’autonomie, les personnes atteintes et leurs proches sont souvent démunis. Les services d’assistance ont pour but de leur apporter l’information qui leur est nécessaire, leur faciliter les démarches en les aidant, notamment, à trouver les établissements ou organismes susceptibles de prendre en charge la personne dépendante.
 

À quel âge faut-il adhérer à une assurance dépendance ?

La plupart des contrats permettent une adhésion jusqu’à 75 ans. Mais plus on attend pour adhérer, plus il sera difficile de passer la sélection médicale et plus le montant de la cotisation sera élevé. Ceci est d’autant plus important que ce dernier est calculé selon l’âge de l’assuré lors de l’adhésion et reste ensuite constant dans le temps.
 
Le contrat Autonomis(8) distribué par la Banque Populaire vous propose deux niveaux de couverture : uniquement la dépendance totale, ou à la fois la dépendance totale et la dépendance partielle. Vous choisissez le montant de la rente qui vous sera versée en cas de perte d’autonomie : entre 500 et 3 000 euros mensuels. La rente vous sera versée dès la reconnaissance de la dépendance, sans délai de franchise. Son montant est revalorisé chaque année. Selon le type de dépendance, en complément de la rente, un capital équipement de 2 400 ou 3 200 euros vous sera également versé.

Un site dédié, http://www.aidautonomie.fr, et une plate-forme téléphonique vous permettent de bénéficier de nombreux services d’assistance : informations sur la dépendance, mise en relation avec des organismes spécialisés, aides au maintien à domicile, aide d’urgence, soutien aux aidants, accompagnement social et administratif, avance de fonds en cas de décès.

Pour en savoir plus : l’assurance dépendance Autonomis


(1) Étude TNS Sofres - mars 2012.
(2) Chiffre à fin 2012. Personnes dépendantes et bénéficiant de l’APA, Insee Analyses, septembre 2013.
(3) Estimation établie par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) et par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie, lors d'une enquête menée entre juin et octobre 2013.
(4) Bernard Ennuyer, Repenser le maintien à domicile, Éditions Dunod, 2014.
(5) Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, « Chiffres clés de l’aide à l’autonomie », Rapport 2013.
(6) 5,1 Md€ en 2009 – Source : Drees.
(7) 1 228 000 au 31 décembre 2012 – Source : Drees 2011 (projection du groupe Charpin).
(8) Selon les dispositions des conditions générales valant notice d’information.
Autonomis est un contrat assuré par BPCE Prévoyance, entreprise régie par le Code des assurances. Les prestations  d’assistances sont mises en œuvre par Fidélia, entreprise régie par le Code des assurances

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale