Passer au contenu principal

Assurance vie, mode d’emploi

L’assurance vie, c’est simple ! Nos réponses aux questions les plus fréquentes.

Mieux comprendre l’assurance vie


 

Assurance vie en questions


Qu’est-ce qu’un fonds en euros ?

Le fonds en euros est un support d’investissement d’un contrat d’assurance vie. Il peut être proposé comme support unique sur des contrats d’assurance vie monosupports ou en complément d’unités de compte (Sicav, FCP…) sur des contrats multisupports.
 
Le fonds en euros demeure une solution de choix pour investir ses capitaux et les valoriser sans risque. Il vous permet de garantir un rendement annuel régulier sans aucun risque en capital.


Qu’est-ce qu’une unité de compte ?

L’unité de compte est une unité de référence des garanties au contrat correspondant aux parts d'actions ou aux parts de sociétés ou de fonds de placement (actions de Sicav, parts de FCP, de SCPI, parts ou actions d'OPCI...) sur lesquelles sont investis les versements nets de frais. C’est un excellent moyen de diversifier votre contrat et de rechercher sur le long terme un rendement potentiellement supérieur au fonds en euros. L’investissement peut donc porter sur des OPC (autrement dit des organismes de placement collectif), le plus souvent eux-mêmes investis sur les marchés financiers ou dans des classes d’actifs réputées plus risquées que le fonds en euros (comme l’immobilier par exemple). Les unités de compte permettent donc d'investir notamment sur les marchés actions en prenant un risque et en diversifiant plus efficacement son épargne. La valeur des supports financiers en unités de compte peut varier à la hausse comme à la baisse en fonction des évolutions des marchés financiers, le risque de pertes financières étant porté par l’adhérent.


Qu’est-ce qu’un arbitrage ?

L’arbitrage est l’opération qui vous permet de modifier la répartition de votre capital entre les différents supports financiers de votre contrat d’assurance vie. Par exemple, vous pouvez passer d’un fonds en euros à des unités de compte, ou l’inverse. L’arbitrage peut donc poursuivre des objectifs différents : sécuriser ou, au contraire, diversifier vos investissements.
  • Il peut être ponctuel : vous l’effectuez quand vous jugez que les conditions du marché s’y prêtent ;
  • ou automatique : les arbitrages sont programmés à l’avance, en fonction de critères définis contractuellement.


Qu’est-ce qu’un rachat ?

L’assurance vie est un contrat dont le capital est disponible à tout moment(1), totalement ou en partie, en effectuant un ou plusieurs rachats. Le rachat peut être total : il met alors fin au contrat, qui est clôturé. Il peut également être partiel. Des rachats partiels programmés sont par exemple une bonne solution pour ceux qui souhaitent percevoir des revenus réguliers. Vous pouvez en choisir la fréquence et le montant. La fiscalité de ces rachats diffère selon l’ancienneté du contrat à la date du rachat.


Qu’est-ce qu’une avance ?

L’avance est une opération par laquelle l’assureur accepte de vous consentir un prêt dans la limite de 80 % de la valeur de rachat du contrat d’assurance vie investi sur le fonds en euros. Ainsi, le capital constitué sur le contrat sert de garantie à l’assureur et en contrepartie de cette avance, vous vous engagez à verser à l’assureur des intérêts, à un taux déterminé, sur la somme qui a été avancée. Celle-ci est remboursable selon les modalités contractuellement prévues. L’avance n’entame pas la valeur de rachat du contrat.


Comment désigner un ou plusieurs bénéficiaires ?

Le bénéficiaire est la ou les personnes choisies par l’adhérent pour recevoir les prestations en cas de décès.  C’est à vous de le ou les désigner lors de la rédaction de la « clause bénéficiaire ». Vous pouvez choisir plusieurs bénéficiaires, sans restriction : un membre de votre famille (conjoint, enfant, petit-enfant, etc.) mais aussi un ami ou un proche. Vous pouvez aussi désigner, sous certaines conditions, une personne morale, telle qu’une association ou une fondation.
Cette désignation peut être :
  • indirecte : le bénéficiaire n'est pas désigné par son nom mais par sa qualité (mon conjoint, mes enfants, mes héritiers, etc.). Cette qualité s’appréciera au moment de votre décès ;
  • ou directe : le bénéficiaire est nommément désigné par son nom.

Il est très important que la clause bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie soit claire et précise dans sa rédaction. Afin d’éviter toute ambiguïté dans l’interprétation de la clause, il est d’ailleurs conseillé de détailler l’identité complète du ou des bénéficiaires (nom, prénoms, adresse, date et lieu de naissance). Le choix du bénéficiaire est possible à tout moment sous réserve de l’accord du nouveau bénéficiaire acceptant ou du créancier garanti le cas échéant. Aussi, à chaque évènement important de la vie (naissance, mariage, divorce, décès…), il est nécessaire de repenser avec l’assuré la rédaction de sa clause bénéficiaire afin qu’elle corresponde au mieux à ses souhaits et besoins.


Qu’est-ce qu’une garantie prévoyance ?

La garantie prévoyance a pour objectif de protéger, durant la vie du contrat, l'assuré ou ses bénéficiaires contre les aléas. Par exemple, lors du décès de l’assuré, la compagnie d’assurance verse au bénéficiaire la somme correspondante à la valeur de rachat. Or celle-ci fluctue en fonction de l’évolution des marchés financiers. Cette valeur de rachat peut ainsi, dans certains cas, être inférieure aux versements nets réalisés par l'assuré. C’est ce risque de moins-value que couvrent, selon diverses modalités (garantie décès plancher, majorée, indexée, etc.), les options de prévoyance des contrats d'assurance vie. D'autres garanties protègent également l'assuré en cas de coup dur, par exemple la perte d'autonomie.


(1) Sous réserve des conditions contractuelles en vigueur. En présence d’un bénéficiaire acceptant, ou d’un créancier garanti, son accord est obligatoire.

 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale