Passer au contenu principal

Dynamiser votre épargne financière

En moyenne, les professionnels du secteur du capital-investissement ont réussi à dégager une performance annualisée de 10,7 % au cours des dix dernières années.

Non coté : performant sur le long terme


Non coté : un investissement performant sur le long terme

 

La surperformance de l’investissement en titres non cotés par rapport aux autres classes d’actifs ne se dément pas. Les dernières données publiées par l’Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC) confirment les excellents résultats obtenus par les fonds dédiés à cette activité de financement des entreprises non cotées. 
 

Stabilité des performances
À fin 2013, la performance annualisée du secteur sur les dix dernières années s’établit à 10,7 % ; contre seulement 7,2 % pour l’immobilier, 5,6 % pour les grandes valeurs cotées sur la place de Paris et 5,4 % pour les placements obligataires sur la même période. Plus encore que la performance en elle-même, c’est sa stabilité au cours du temps qu’il convient de signaler. En effet, depuis l’origine de sa mesure (1989), la performance annualisée sur dix ans du capital-investissement a toujours été supérieure à 8 %.

 
Comparaison internationale favorable
Le capital-investissement français affiche l’une des meilleures rentabilités en Europe, et même au niveau mondial. Sur un horizon de dix ans, à fin 2013, sa performance (10,7 %) est supérieure à celle dégagée par les acteurs du capital-investissement britanniques (10,4 %), américains (9,4 %), allemands (8,8 %), ou bien encore espagnols (2,9 %) ou italiens (- 0,5 %).

  
Des métiers plus rentables que d’autres
En revanche, cette performance globale masque des rendements contrastés selon les métiers. Le terme générique de capital-investissement regroupe en effet des activités assez différentes dans leurs modalités d’intervention. C’est le capital-transmission qui affiche la meilleure rentabilité annualisée sur les dix dernières années, avec une performance de 16,1 %, suivi du capital-développement (5 %). Les fonds spécialisés dans le capital-innovation, qui interviennent en tant qu’investisseur en fonds propres au moment de la création d’entreprise, par nature plus risqués, ont plus de peine à dégager régulièrement une rentabilité positive : sur les dix dernières années, celle-ci s’établit à 0,3 % et s'avère variable selon les périodes.


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale