hommes bureau poignée de main

Mieux accompagner le chef d’entreprise dans ses besoins à titre privé grâce à la synergie des expertises de la banque

Client Banque Populaire depuis 45 ans, Patrick M. illustre parfaitement, à l’occasion de la cession de ses titres de participation, l’organisation mise en place par la banque au service de ses clients.

« Tout au long de ma carrière professionnelle, c’est la passion pour mon métier qui m’a animé. » Technicien en télécommunications de formation, Patrick M. décide donc en 1995 de créer sa société de distribution en infrastructures de réseaux cuivre et optique, avec le soutien, déjà, d’une agence Banque Populaire de Lyon. « Dès le début de mon aventure entrepreneuriale, Banque Populaire a été à mes côtés, se souvient Patrick M. Elle m’a permis, par exemple, de financer la constitution d’une SCI personnelle dans laquelle étaient logés les murs de l’entreprise. » Au gré d’opérations de croissance externe, la société se développe dans la région lyonnaise, d’où Patrick M. est originaire, et en Paca. En 2011, l’entrepreneur opère un premier tournant en cédant 60 % de ses sociétés à un groupe qui cherchait à se renforcer sur ces métiers et dans ces régions. Il en devient directeur général et en détient 26,63 % des titres aux côtés de deux autres associés majoritaires : une SAS tiers (30,38 %) et un capital investisseur (31,2 %). Là aussi, son chargé d’affaires Entreprise à la Banque Populaire l’a accompagné dans cette opération. L’argent de la cession est placé en assurance vie dont la gestion est déléguée au service de Gestion sous mandat (GSM) de Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes (BP AURA) dont Patrick M. aime rappeler qu’il est client à titre privé depuis 1976 !

Un banquier privé et un gestionnaire de clientèle privée dédiés

Le second tournant aura lieu dix ans plus tard. Patrick M. raconte : « Après 25 ans d’entrepreneuriat, et l’âge de la retraite venant, j’ai estimé que c’était le bon moment pour passer la main et céder ma participation. » Début 2019, un groupe international qui souhaitait acquérir une entreprise avec une expertise en « courant faible »(1) l’a approché. « La garantie apportée par le repreneur de conserver tous les collaborateurs et son projet de poursuivre le développement de l’entreprise notamment à l’international nous ont séduits », déclare Patrick M. Cette décision va générer, au regard de sa nouvelle situation privée à venir, de nouveaux besoins en termes d’ingénierie patrimoniale, de solutions d’investissement diversifié, d’anticipation successorale… « Nous avions alors besoin de conseils et d’un interlocuteur de proximité ayant une connaissance fine de son environnement économique. » C’est donc naturellement que Patrick M. est orienté vers la Banque Privée de BP AURA. « Grâce à sa relation de confiance avec Nicolas Felbar, responsable GSM BP AURA, nous avons rencontré M. et Mme M. à lagence Banque Privée du Rhône pour leur présenter les prestations daccompagnement des besoins du dirigeant d’entreprise spécifiques à la Banque Privée BP AURA, en synergie avec toutes les expertises métier de la banque, indique Jean-Marc Buttet, banquier privé à BP AURA. Mais aussi pour leur présenter notre fonctionnement. À l’image des agences dédiées aux entreprises, un client est suivi en binôme par un banquier privé référent et un gestionnaire de clientèle Banque Privée qui assure, aux côtés du premier, la réponse aux besoins bancaires au quotidien (financements, services bancaires…). De sorte que le client ait toujours un interlocuteur. »

Des services engagements et back-office réactifs

Un mois et demi après cette prise de contact, sont transmis à la Banque Privée les contours de la cession comprenant un rédactionnel de caution bancaire au titre de la garantie actif-passif soumis par le juridique de l’associé « capital-investisseur », un projet de protocole de cession rédigé en anglais par les avocats irlandais du cessionnaire et une lettre d’intention. « Après validation par les services juridiques de l’acte soumis et des apports rédactionnels, le dossier a été présenté à notre service Engagements qui a fait montre de réactivité en donnant un accord de principe en 48 heures », note le banquier privé. Le compte de Patrick M. est alors transféré de son agence de quartier vers l’agence Banque Privée du Rhône afin de finaliser la rédaction de la caution par le service back-office (BO) « Réal Pro Clermont ». En trois jours, l’acte de caution rédigé par le BO pour Patrick M., qui servira de modèle pour le capital-investisseur, est produit et validé par les services juridiques des intéressés. « J’ai alors pu le remettre en mains propres à Patrick M. pour présentation de l’original au closing prévu le 1er juin 2021 », indique Jean-Marc Buttet qui peut désormais se consacrer à la réalisation d’un bilan patrimonial. « Une fois encore, la banque a répondu à mes attentes en termes de réactivité et d’adaptabilité, respectant parfaitement sa promesse client, souligne Patrick M. Ce qui a permis de finaliser la cession le 1er juin 2021 comme prévu. »

Écoute, diagnostic et force de propositions patrimoniales

Le lendemain, rendez-vous est pris avec les clients pour présentation d’un bilan patrimonial afin de valider leurs objectifs (compenser une perte de revenus une fois à la retraite, prendre en compte les impacts fiscaux/successoraux de la cession, proposer des placements diversifiés…). « Les fonds de la cession étant disponibles, une solution de placement d’attente a aussi été mise en place, laissant du temps pour définir les solutions sur mesure à déployer en matière d’investissement », explique Jean-Marc Buttet. Ici, ce sont les synergies avec le service Ingénierie patrimoniale basé à Grenoble qui ont été activées. Ce dernier a validé l’étude patrimoniale comprenant des préconisations avec propositions de placement. S’est ensuivi un rendez-vous à l’agence Banque Privée pour présentation, apport de précisions et définition d’un calendrier. « Entre la remise des contours de la cession par le client et sa finalisation, deux mois et demi se sont écoulés, observe Jean-Marc Buttet. Quant à la partie patrimoniale, en un mois elle était proposée et validée, signe de l’efficience des synergies favorisant des prises de décision rapides. »

Et maintenant ? « Jusqu’à la fin de l’année, je reste directeur général de la société pour assurer la transition avec la nouvelle équipe dirigeante, annonce Patrick M. Ensuite, je liquiderai mes droits à la retraite du régime obligatoire au 1er janvier 2022. Surtout, je vais profiter davantage de mes proches et consacrer plus de temps à mes passions que sont la randonnée, le golf et les voyages, et que je partage avec ma femme. » Tirant définitivement un trait sur ses activités professionnelles. « Pas totalement, répond Patrick M. Une activité à mi-temps comme conseil pour accompagner le lancement de nouveaux produits ou en matière de transmission d’entreprise dans le « courant faible » me plairait bien. » La passion…

(1) Ensemble des réseaux de câbles qui distribuent de l’information et permettent de communiquer (antennes hertziennes, paraboles, téléphonie, domotique…)

Vous pourriez aussi être intéressé par

Investir ou épargner tout en maîtrisant sa fiscalité
Épargne retraite : une meilleure information pour retrouver les contrats en déshérence
Professions libérales : une meilleure couverture en cas d’arrêt maladie
Fonds responsables : des règles communes pour mieux informer les investisseurs
Et si vous investissiez dans l’économie du sport ?