Passer au contenu principal

Epargne financière


 

​15/01/2016

 

L’épargne financière redevient une solution attractive pour les trésoreries d’entreprise


« Nous sommes à l’aube d’un nouveau cycle », explique Frédéric Gilliot, directeur à la direction des relations réseaux chez Natixis Asset Management (NAM). Pour ce professionnel des placements d’entreprise, la baisse de la rémunération des placements bancaires traditionnels destinés aux entreprises – et notamment les comptes à terme –, déjà bien engagée depuis début 2015, devrait se poursuivre au cours des prochains mois, dans le sillage de celle de l’ensemble des produits réglementés.

D’autres placements plus rémunérateurs

« Cette situation doit conduire les entreprises, surtout lorsqu’elles disposent d’une trésorerie stable, à rechercher d’autres types de placements plus rémunérateurs », ajoute-t-il. Il est en effet possible aujourd’hui de trouver, parmi les solutions d’épargne financière – autrement dit des supports investis sur les marchés financiers –, des produits qui s’adaptent à tous les horizons de placement. Les plus « courtermistes » privilégieront les fonds d’investissement, Sicav ou fonds communs de placement (FCP), investis en placements obligataires de très court terme, « dont la rémunération est un peu supérieure à celle des produits monétaires », rappelle Frédéric Gilliot. Les encours de trésorerie plus structurels peuvent quant à eux être investis, en partie, sur des produits faisant appel à plusieurs classes d’actifs, ou dont la composition peut varier en fonction des fluctuations des marchés.
 

Gestion flexible ou recherche de performance absolue

Dans cette catégorie se trouvent par exemple des fonds dits « flexibles », dont l’actif est plus ou moins exposé aux marchés selon les anticipations de leurs gestionnaires. « L’adaptation pertinente de la duration, autrement dit de la sensibilité du portefeuille aux variations des taux d’intérêt, permet de dégager des sources de revenus complémentaires qui viennent augmenter la performance de ces produits », explique Frédéric Gilliot. D’autres solutions, de plus long terme, visent à dégager de la performance quelle que soit l’orientation des marchés. On parle alors de recherche de « performance absolue ». « Les gestionnaires de ces fonds peuvent investir sur différentes classes d’actifs, supports monétaires, obligations, mais aussi devises voire, pour les horizons de placement les plus lointains, actions », précise le spécialiste, qui rappelle que certains produits à capital protégé – offrant une protection sur une partie du capital investi – peuvent aussi entrer dans le cadre d’un placement de trésorerie de moyen/long terme. « L’important, c’est que les trésoriers d’entreprise commencent à diversifier leurs encours, en panachant différents horizons de placement et styles de gestion en fonction de leurs contraintes opérationnelles, tout en conservant une ligne de produits bancaires classiques », résume Frédéric Gilliot. 
 

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale