Passer au contenu principal

L'année de la RFID


 

​22/03/2016

La RFID, ou identification par radio-fréquence, est une technologie développée dans les années 1990 initialement pour identifier des biens industriels et des produits de grande consommation et suivre leur parcours logistique. Grâce au marquage par une puce électronique stockant diverses informations et dotée d’une antenne pour être reconnue par système de portique ou de scanner portable, les produits et leurs caractéristiques enregistrées sont identifiés et suivis tout au long de leur parcours vers le consommateur, depuis la chaîne de production jusqu'à la vente. Ainsi la gestion de la chaîne d'approvisionnement des magasins, la gestion des stocks, les inventaires et la sécurité sont renforcés. Bien que les limites techniques et contraintes éthiques de la radio-fréquence soient un frein au développement de nouvelles applications, ces dernières sont de plus en plus nombreuses, comme par exemple la reconnaissance des passeports, le suivi des palettes de livraison ou le marquage du cheptel pour assurer la traçabilité des aliments.

La RFID est très populaire dans les entreprises américaines. Et pour cause : cette technologie permet d’avoir une connaissance ultra-précise de ses stocks, à l’unité près, et de partager cette information en temps réel non seulement avec ses vendeurs mais aussi avec ses clients sur Internet.


Quatre bénéfices évidents :
  • Faire gagner du temps aux clients en magasin. En plaçant une simple puce sur un produit, on le localise immédiatement. En une fraction de seconde, le vendeur trouve les articles demandés par le client et les lui apporte en cabine. Levis en faisait la démonstration sur le stand Intel :



  • Gagner du temps lors de l’inventaire : il suffit aux vendeurs de scanner les étiquettes pour procéder à l'inventaire en un temps record.

  • Augmenter le nombre de références à la vente sur son site e-commerce. Aux États-Unis, les entreprises ne connaissent avec précision les quantités disponibles que pour 50 % à 60 % de leurs références. Face à l’impossibilité de garantir sur son site e-commerce que le produit est en stock, une enseigne préfère généralement ne pas faire apparaître la référence sur son site. Avec la RFID, on peut passer à 95 % de références dont on connaît le stock exact et multiplier ainsi par deux le nombre de références proposées en ligne.

  • Permettre l’indispensable option « retrait en magasin ». Selon une récente étude, la moitié des clients ayant commandé en *click & collect* à Noël ont été très déçus par cette expérience, n’ayant pu récupérer leur achat à la date souhaitée. Même chose pour l'expédition depuis les magasins, qui connaît le même essor que le *click & collect* et nécessite la même connaissance précise des stocks : quand un vendeur réalise le picking des commandes et ne parvient à trouver que 35 % à 60 % des articles, cela retarde l'expédition de plusieurs jours et déçoit le client. Dans ces deux cas de figure, l'identification des produits en stock et leur localisation précise grâce à la puce RFID permettent d'améliorer nettement la relation client.

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale