Passer au contenu principal

Financer vos investissements

​Le crowdequity permet aux PME de renforcer leurs fonds propres en faisant appel à des investisseurs internautes qui entrent à leur capital. Ce marché est en pleine croissance. Comment réussir sa levée de fonds ?

Campagne de crowdequity


 

​25/11/2015

 

Comment mener une levée de fonds à travers une campagne de crowdequity ?

1 – Préciser son projet

Une démarche de *crowdequity* s’inscrit dans une stratégie d’entreprise à long terme. La première étape consiste à s’assurer du bien-fondé de la solution pour son projet.  Mode de financement « par le nombre » – *crowd* signifie « foule » en anglais –, le *crowdequity* est davantage adapté à des besoins en fonds propres supérieurs à 100 000 euros et à des projets innovants et fédérateurs : plus l’intérêt soulevé sera collectif, meilleures seront les chances de succès. 
Une fois ce prérequis validé, l’enjeu est d’évaluer le montant des fonds à lever et le ticket minimum. Un accompagnement juridique et un travail en étroite collaboration avec l’équipe de la plateforme internet qui proposera le projet sont conseillés dès le début de la démarche.
 

2 – Soigner la communication

Indice sur le futur succès commercial du produit, la réussite de la levée de fonds tient aussi à sa communication, et à trois points. Un, la visibilité du projet. Une solide communication s’impose : presse économique, réseaux sociaux, gestionnaires de patrimoine. Deux, sa lisibilité. Contrairement au *crowdfunding* par le don, les investisseurs de *crowdequity* attendent un retour sur investissement ; pour s’engager, ils doivent être convaincus de son intérêt stratégique. Trois, l’attractivité : il est important que le porteur de projet s’implique personnellement et que les investisseurs potentiels puissent s’identifier au projet. Des rencontres, en réel ou via des tchats en ligne, peuvent permettre de lever les hésitations.
 

3 – Anticiper l’après

Quand la levée de fonds est achevée, il est important de consolider les liens avec les investisseurs en les tenant régulièrement informés de l’avancée du projet : ambassadeurs de l’entreprise, ils peuvent aussi être conquis par un autre projet dans le futur. Pour protéger les intérêts communs, il convient aussi de prévoir la signature d’un « pacte d’actionnaires », document contractuel qui régit les relations entre les deux parties, et notamment les modalités de sortie du capital.
En effet, le *crowdequity* n’est pas un investissement liquide : les investisseurs ne peuvent pas revendre leurs parts lorsqu’ils le souhaitent.

 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale