Passer au contenu principal

L'épargne salariale


 

​17/05/2016

L’épargne salariale pour motiver, fidéliser et récompenser ses collaborateurs



Pour 90 % des dirigeants d’entreprise, l’épargne salariale est le moyen le plus efficace d’assurer la retraite de leurs salariés(1). Focus sur les dispositifs mis en place par 3 entreprises.
 

L'épargne salariale en bref

Système d'épargne collectif, l’épargne salariale permet aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières avec l'aide de l’entreprise. Le mécanisme est simple : un plan d’épargne entreprise (PEE) et un plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) recueillent les sommes versées par le salarié : primes d’intéressement, de participation, versements volontaires, monétisation des jours de congés épargnés sur un compte épargne-temps.

Quels placements pour l’épargne salariale ?



 

La menuisierie Reymond : l'épargne salariale pour se constituer une épargne de précaution et préparer sa retraite

Cet outil de motivation et de fidélisation des salariés est particulièrement utile pour les PME qui veulent attirer les talents et les conserver, notamment en zone frontalière. « Nous avions du mal à recruter sur nos métiers et à fidéliser nos collaborateurs car nous sommes implantés près de la Suisse où les salaires sont plus élevés », explique ainsi Norbert Reymond, 57 ans, président de la menuiserie située à Grand'Combe-Châteleu dans le Doubs. Cette entreprise familiale spécialisée dans la fabrication de portes d’intérieur haut de gamme emploie 25 personnes pour un chiffre d’affaires annuel de 3,5 millions d’euros.

En 2003, elle a mis en place un PEE avec l’aide de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté et, trois ans plus tard, un Perco. « Norbert Reymond défend un certain nombre de valeurs morales au sein de son entreprise, souligne Michel Gavand, expert social de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté. Il trouve normal que, grâce à sa société, ses salariés puissent se fabriquer, tout comme lui, une épargne de précaution et préparer leur retraite. A chaque fois que nous avons pu le faire nous avons pris l’initiative pour l’aider dans sa démarche. »

La menuiserie Reymond abonde le versement des salariés sur le PEE et sur le Perco dans la limite légale des 300 % et d’un plafond annuel de 500 euros, soit une enveloppe annuelle de 1 000 euros par salarié en plus de l’intéressement. « Nous voulions verser un bonus salarial à nos collaborateurs attirés par la Suisse mais nous n’avions pas les moyens d’augmenter les salaires, explique Norbert Reymond. C’est pourquoi nous avons opté pour l’abondement sur le PEE dès l’origine, puis sur le Perco, avant de mettre en place un dispositif d’intéressement en 2011, dont la prime peut être versée intégralement ou partiellement sur le PEE ou le Perco. »

Pour mettre en place l’accord d’intéressement, la Banque Populaire Bourgogne Franche Comté a proposé un dispositif clefs en mains à l’entreprise Reymond.
 

Le groupe Confluent (établissements de santé) : une ingénierie sociale innovante

À Nantes, le groupe Confluent a fait le choix managérial de l’épargne salariale pour des raisons à la fois éthiques et de performances. « Nous exploitons deux établissements de santé : les Nouvelles Cliniques Nantaises (NCN), créé en 1998, et le centre de cancérologie Catherine de Sienne (CCS), racheté en 2010, explique le directeur général Ronan Dubois. Notre particularité est d’être complètement indépendants avec un capital détenu par 135 médecins actionnaires. » Au total, le groupe Confluent emploie un millier de salariés, 200 médecins libéraux et réalise un chiffre d’affaires annuel de 89 millions d’euros.

« Nous sommes entrés en relation avec cette entreprise en 2007 via un crédit syndiqué, explique Lionel Martin, chargé d'affaires grandes entreprises à la Banque Populaire Atlantique. En juin 2013, au cours d’un entretien, le directeur financier m’a dit réfléchir sur un projet d’actionnariat salarié. J’ai naturellement mis le groupe en contact avec Romain Ringuet, chargé d'affaires chez Natixis Interépargne(2) pour que nous puissions travailler tous ensemble.»

À l’époque, le groupe Confluent dispose déjà d’un dispositif d’épargne salariale – intéressement et participation – avec deux PEE dans chaque société. « Après le rachat de CCS, nous avons entrepris de remettre à plat les accords pour les harmoniser et les regrouper sur un seul prestataire, et nous avons pour cela sollicité un certain nombre d’opérateurs de l’épargne salariale », explique Bérangère Girod, DRH du groupe.

Le groupe Confluent met en place un Perco commun aux deux entités avec la volonté de créer une passerelle vers le compte épargne-temps. « Un compte épargne-temps existait chez NCN depuis le passage aux 35 heures, détaille Ronan Dubois, et représentait des volumes d’engagements financiers significatifs. Notre souci était de pouvoir les rendre liquides. » Le Perco permet de monétiser les jours placés sur le compte épargne-temps et de les transformer en épargne « sans forfait social à acquitter pour l’entreprise qui peut ainsi réduire son passif social », précise Romain Ringuet. Un abondement sur le Perco est prévu, qui varie en fonction du nombre de jours épargnés : 20 % entre 1 et 5 jours, 25 % de 6 à 10 jours, soit le plafond légal annuel. « Seuls la cinquième semaine de congés payés, les jours de RTT et les jours de récupération peuvent ainsi être épargnés », note Bérangère Girod.

« La moyenne d’âge de nos collaborateurs est de seulement 40 ans, constate Ronan Dubois. C’est une population assez jeune, très sensible à cette ingénierie sociale innovante.
 
 

Sigvaris : le compte épargne temps lié au Perco

La société Sigvaris France est une adepte de longue date de l’épargne salariale. Cette entreprise textile spécialisée dans la fabrication de bas médicaux de compression (840 salariés) est dotée d’accords de participation et d’intéressement, d’un Plan d’épargne entreprise (PEE) depuis 2001 et d’un Perco (Plan épargne retraite collectif) depuis 2006. « Les versements sur le Perco sont abondés jusqu’à 700 euros par bénéficiaire et par an », souligne Alain Bertheas, président de Sigvaris France qui note qu’il n’est pas toujours facile néanmoins de mobiliser une population de salariés relativement jeunes (la moyenne d’âge est de 40 ans) sur des objectifs d’épargne retraite.

La mobilisation pour le Perco est d’autant plus importante pour l’entreprise qu’une passerelle a été mise en place avec le compte épargne temps afin de permettre la monétisation et l’abondement d’une partie des jours épargnés. « Nous n’arrêtons jamais nos machines, le compte épargne temps est donc important pour les personnes qui travaillent la nuit et les week-ends, confie Alain Bertheas qui note que les jours de repos épargnés sont utilisés par les salariés pour avancer la date de leur départ en retraite. Une fois monétisés sur le Perco, ces jours leur permettront aussi d’augmenter leur revenu » conclut le dirigeant.

 
1. Source :  cinquième édition du baromètre annuel Club de l’épargne salariale-Harris Interactive, publié le 13 octobre 2015. 
 2. Natixis Interépargne est une filiale à 100 % de Natixis, banque de financement, de gestion et de services financiers du Groupe BPCE

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale