Passer au contenu principal

Protéger vous et vos proches


Découvrez nos solutions d’assurance :

Vous protéger, ainsi que vos proches, en cas d’invalidité absolue définitive ou de décès

 

Que deviendraient vos proches si vous veniez à disparaître ou si vous vous trouviez dans l'incapacité de travailler ? Découvrez les solutions d’assurance décès / invalidité contribuant à vous protéger contre les conséquences financières liées à ces risques.
 

 

Vous disposez d’une épargne qui pourrait vous aider ainsi que votre famille à faire face aux premiers besoins ? C’est une bonne chose, mais cela restera vraisemblablement insuffisant : les conséquences financières qu’entrainent un décès ou une invalidité absolue et définitive sont souvent bien plus lourdes que l’on ne se l’imagine.

 

 

Une assurance décès/invalidité est une solution incontournable : en contrepartie d’un effort financier raisonnable, elle permet de vous assurer le versement d’un capital (à votre bénéfice en cas d’invalidité, à vos proches en cas de décès) (1).


 

Quels risques couvrent les assurances décès/invalidité ?

Les contrats d’assurance décès au sens strict, parfois appelés « assurances temporaires décès » couvrent surtout les risques décès et invalidité de l’assuré.
Ils sont donc destinés à vous protéger ainsi que vos proches dans l’hypothèse où vous seriez victime d’une maladie ou d’un accident, mortel ou suffisamment grave pour entrainer votre invalidité absolue et définitive.
 

Toutes les assurances décès couvrent-elles tous les risques ?

L’étendue des garanties peut être différente d’un contrat à l’autre. La plupart des assurances décès proposent différents niveaux de couverture.
Le plus souvent, le premier niveau couvre les cas de décès et d’invalidité absolue définitive liés à un accident alors que le deuxième niveau couvre le décès et l’invalidité absolue définitive consécutifs à un accident mais aussi à une maladie.
 

Sous quelle forme est versé le montant assuré ?

Une assurance décès / invalidité peut consister en un versement soit d’un capital (versé en une seule fois) soit d’une rente (permettant de percevoir un revenu régulier et échelonné sur une période définie à l’avance) au profit du (des) bénéficiaire(s) du contrat en cas de décès ou à l’assuré en cas d’invalidité absolue définitive. Les deux solutions sont parfois panachées.
 

Mes proches ne sont-ils pas déjà couverts par d’autres assurances ?

Si vous travaillez, il se peut que vous soyez déjà couvert par une assurance décès. Le niveau de cette couverture est toutefois très différent selon votre statut (salarié, fonctionnaire, travailleur indépendant, professions libérales, etc.).
Les salariés sont en général mieux couverts, à condition, toutefois, que leur entreprise ait souscrit un contrat de prévoyance collectif. Mais dans la majorité des cas, les capitaux versés ne permettent pas de compenser la perte financière liée au décès ou à l’invalidité absolue définitive de l’assuré.

Vos proches sont également indirectement couverts lorsque vous avez contracté un crédit immobilier : en cas de décès, et selon les dispositions de votre contrat, tout ou partie (selon le taux de couverture choisi lors de l’adhésion) du capital restant dû de votre crédit est alors remboursé à la banque par l’assurance emprunteur.
 

Quelles différences avec un contrat d’assurance vie ?

L’assurance vie, ou assurance « en cas de vie » est un placement financier. Son objectif est de vous permettre de constituer progressivement un capital sur le long terme. Le montant du capital que vous obtiendrez dépend du rendement des supports d’investissement choisis, du montant et de la durée de vos versements.
Il faut souvent de nombreuses années pour constituer le capital souhaité. Le capital peut être racheté selon les modalités prévues au contrat.

L’assurance décès, ou assurance « en cas de décès » est un contrat de prévoyance. Vous et vos proches pouvez bénéficier de l’intégralité du capital de base garanti choisi lors de l’adhésion à tout moment dès lors qu’un sinistre garanti survient (hors délai de carence éventuel) et quelle que soit l’ancienneté de votre contrat. En contrepartie les cotisations versées au contrat ne sont pas rachetables.
Ces deux solutions d’assurance sont complémentaires et contribuent à préserver au mieux votre famille des conséquences financières entrainées par le décès ou l’invalidité absolue définitive.
 

Y-a-t-il un âge idéal pour adhérer à une assurance-décès ?

L’assurance décès est utile quel que soit votre âge : un accident peut survenir à tout moment, sans lien avec votre âge ou votre état de santé. Néanmoins, elle devient indispensable dès lors que vous avez des proches à protéger.

C’est souvent le démarrage de la vie à deux, la naissance d’un enfant qui entraînent une prise de conscience sur la nécessité de se protéger. Le montant des cotisations est notamment lié à votre âge et votre état de santé : plus vous adhérez jeune plus les cotisations sont avantageuses, et plus les formalités d’adhésion relatives à votre état de santé peuvent être facilitées.

Vos enfants sont entrés dans la vie active et ne dépendent plus de vous financièrement ? Votre assurance décès vous permettra de préserver le patrimoine que vous souhaitez leur transmettre en cas d’invalidité absolue définitive ou de leur faire bénéficier d’un capital dans des conditions fiscales avantageuses en cas de décès(2).

 

Y-a-t-il des formalités particulières ?

En fonction des garanties que vous choisissez, de votre âge et de votre état de santé, vous devrez remplir une simple déclaration de santé ou un questionnaire médical.
Dans certains cas, des examens médicaux complémentaires ou un questionnaire financier peuvent vous être réclamés.
 

Mon contrat d’assurance décès peut-il évoluer en cours d’adhésion ?

Votre situation familiale et/ou professionnelle évolue(nt) ? Il vous est possible de modifier certaines caractéristiques de votre contrat : le montant du capital garanti ou le niveau de couverture (sous réserve des formalités médicales prévues au contrat), la périodicité de paiement de vos cotisations, et/ou le(s) bénéficiaire(s).

Attention, certains contrats fixent des limites d’âge conditionnant la réalisation et l’acceptation de ces modifications.

 

Quel montant de capital choisir ?

La question à se poser en premier lieu est : de quelle somme ma famille aurait besoin si je venais à disparaître ou à ne plus pouvoir travailler (suite à une invalidité absolue et définitive) ?

Votre conseiller Banque Populaire est à votre disposition pour estimer au mieux quel serait le montant adapté à vos besoins en prenant en compte l’ensemble des composantes de votre situation personnelle.


Ce capital sera-t-il soumis à l’impôt ?

Les capitaux versés sont exonérés de l’impôt sur le revenu, des droits de succession ainsi que des prélèvements sociaux(2).
 

 

Avec les offres d’assurance décès/invalidité proposées par la Banque Populaire, vous bénéficiez d’une aide financière permettant de maintenir au mieux le niveau de vie de votre famille et/ou préserver votre patrimoine en cas de décès ou d’invalidité absolue et définitive.

Le capital peut contribuer, par exemple, à :

  • couvrir les dépenses supplémentaires liées à l’état d’invalidité,
  • régler les frais de succession,
  • prendre en charge des frais fixes du foyer, comme les impôts, des prêts, etc.

Les contrats de prévoyance Fructi-Famille et Tisséa(3) s’adaptent à vos besoins : montant du capital garanti, niveau de couverture, désignation libre du (des) bénéficiaire(s)…


 
(1) Selon les conditions contractuelles en vigueur
(2) Dans les conditions et limites de la législation en vigueur
(3) Fructi-Famille et Tisséa sont des contrats assurés par BPCE Prévoyance et BPCE Vie, entreprises régies par le Code des assurances

 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale