Passer au contenu principal

Financer l'innovation

L’Europe participe activement au financement des PME innovantes. Pour accorder plus efficacement ses garanties, elle s’appuie sur les réseaux bancaires, sous l’égide du FEI.

De l'Europe dans vos crédits


Entretien avec Pier Luigi Gilibert, directeur général du Fonds européen d’investissement (FEI)



Quels sont aujourd’hui les grands axes de la politique européenne en matière d’innovation ?

Sur la base des enseignements tirés de la stratégie de Lisbonne, la Commission européenne a fixé cinq objectifs ambitieux à atteindre d'ici 2020 en matière d'emploi, d'innovation, d'éducation, d'inclusion sociale et d'énergie.

Entré en vigueur le 1er janvier 2014, "Horizon 2020" regroupe les financements de l'Union européenne en matière de recherche et innovation (R&I) et s’articule autour de trois grandes priorités : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux.

L’un des principaux freins à la mise en œuvre d'activités R&I étant l'insuffisance des fonds disponibles à des conditions acceptables pour les entreprises innovantes, la Commission européenne et le Groupe BEI (voir *L'essentiel*) ont uni leurs efforts en lançant, en 2014, une nouvelle génération d'instruments financiers et de services de conseil qui doivent faciliter l'accès au crédit pour les entreprises innovantes: les produits InnovFin. D'ici 2020, InnovFin vise à soutenir des investissements en R&I à hauteur de plus de 48 milliards d’euros.

Comment le FEI s’inscrit-il dans cette stratégie et de quels outils
dispose-t-il ?
Au sein du Groupe BEI, le FEI est le fournisseur spécialisé de produits de capital risque à l’intention des PME en Europe. Depuis sa naissance en 1994, il a investi plus de 8,5 milliards d’euros dans près de 500 fonds de capital-risque, et plus de 5,1 milliards d’euros en termes de garanties dans le cadre de l’instrument précurseur du dispositif InnovFin. Celui-ci comporte des garanties et des contre-garanties couvrant des emprunts de 25 000 euros à 7,5 millions d’euros. Elles ont pour but de faciliter l'accès au financement des PME et des petites ETI innovantes (jusqu'à 499 employés).

Pourquoi une action spécifique destinée aux PME ?
Bien souvent, les PME n’ont pas les ressources nécessaires pour s’intégrer dans les processus parfois lourds et complexes des grands projets européens de soutien à l’innovation. D’où l’idée de mettre en place des procédures plus souples et plus adaptées à leur taille. Et répondre ainsi simplement aux questions qu’elles se posent : ont-elles droit à un financement, et à quelle échéance ?

Nous sommes donc passés d’une logique « projet » - les aides ou les garanties européennes sont accordées sous réserve de l’étude de l’éligibilité de chaque opération - à une logique « entreprise » - c’est l’entreprise elle-même qui est considérée, ou non, comme éligible.

Le statut « innovant » d’une PME est désormais acquis d’office si celle-ci est titulaire d’un brevet récent ; ou si le montant de ses dépenses en recherche et développement dépasse un certain pourcentage de son chiffre d’affaires. De ce fait, l’entreprise n’a pas de démarche particulière à accomplir : elle sait si elle respecte l’un ou l’autre de ces critères, et peut directement faire une demande d’intervention auprès de nos partenaires financiers.

Comment, précisément, une PME française reconnue innovante, peut-elle bénéficier de votre soutien ?
Le FEI, qui travaille à l’échelon européen et même au-delà, n’a pas les effectifs suffisants pour gérer directement la relation avec les PME innovantes. Nous nous appuyons donc sur l’expertise reconnue des premiers partenaires des entreprises : les banques. En pratique, cela signifie que nous passons des accords avec des réseaux bancaires, partout en Europe (parmi lesquels les Banques Populaires en France), et leur déléguons la décision d’attribution de prêts.

En contrepartie, nous nous engageons à garantir 50 % des prêts que ces réseaux auront accordés. La banque procède donc elle-même aux *due diligences*, selon sa propre méthodologie, vérifie l’éligibilité de l’entreprise aux critères que nous avons définis préalablement, et reste maître de sa décision.

Pour l’entreprise, les choses sont plus simples : elle traite avec son interlocuteur bancaire habituel. Elle peut espérer recevoir un prêt que celui-ci ne lui aurait peut-être pas accordé sans l’apport de notre garantie. Une garantie aux conditions plus avantageuses - en termes de taux d’intérêts mais aussi de garanties - et dans des délais beaucoup plus courts que si elle avait dû s’adresser à un autre organisme. 

« Nous sommes passés d’une logique « projet » 
à une logique « entreprise » »

Le Fonds européen d’investissement (FEI) a été créé en 1994 pour aider les petites et moyennes entreprises (PME). Son actionnaire majoritaire est la Banque européenne d'investissement (BEI), avec laquelle il forme le « Groupe BEI ».

Le FEI n’est pas une institution bailleur de fonds : il n’octroie pas de prêts ni de subventions aux entreprises, et n’investit pas directement dans des sociétés ; il travaille par l'intermédiaire d’autres banques et intermédiaires financiers.

En France, il a participé à la mise en place de plus de 100 fonds de capital-risque et de nombreux partenariats avec des institutions financières en France (banques et sociétés de garantie) comme BPIfrance, les Banques Populaires, les SOCAMA ou la Siagi. Plus de 160 000 PME françaises ont ainsi bénéficié du support du FEI et de l’Europe au cours de ces vingt dernières années.

Pier Luigi Gilibert est président directeur général du Fonds européen d’investissement depuis le 17 mars 2014. Il était auparavant directeur général responsable des opérations dans l'Union européenne et les pays candidats à la Banque européenne d’investissement, institution au sein de laquelle il a occupé diverses fonctions depuis 1984 : directeur général de la gestion du risque, économiste puis chef du département de recherche financière. Préalablement, Pier Luigi Gilibert était économiste à la Banca Commerciale Italiana à Milan. Il est diplômé d’économie, aux universités de Turin (Italie) et de Rochester (N.Y., Etats-Unis).

 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale