Passer au contenu principal

Flash marchés du 13 au 17 février 2017


 

​le 20/02/2017

 

Environnement économique

Energie : alors que le prix du baril s’est stabilisé depuis le début de l’année, les membres de l’OPEP songent à prolonger leur accord de réduction de production, afin de réduire les très importants stocks de pétrole qui existent partout dans le monde. La prochaine réunion aura lieu le 25 mai et, cette fois-ci, des pays non membres du cartel pourraient être invités.

 

Etats-Unis : la dette des ménages (12 580 Mds $) se rapproche de son pic atteint en 2008 (12 680 Mds $). La composition de cette dette a néanmoins changé. Ce sont les prêts automobiles (1 160 Mds $) et les prêts étudiants (1 310 Mds $) qui ont crû le plus vite. Les prêts immobiliers restent cependant majoritaires, avec un montant de 8 480 Mds $. La part des défauts est beaucoup plus faible (4,8%) par rapport au troisième trimestre 2008 (8,5%).  Face aux perspectives de dérapage budgétaire liées au programme du Président Donald Trump, la Banque centrale s’est déclarée prête pour une hausse de taux. La majorité des intervenants considèrent qu’elle pourrait avoir lieu en mai ou juin prochain. Les indicateurs économiques restent bien orientés à l’instar de la hausse de 0,4% des ventes au détail en janvier et de l’inflation à 0,6% pour le même mois.
 
Zone euro : sur l’ensemble de l’année 2016, la croissance allemande atteint 1,9%, après 1,7% en 2015 et 1,6% en 2014. Les analystes observent que les moteurs de l’activité sont la consommation intérieure et les dépenses publiques (+ 4,2%) stimulées par l’accueil des réfugiés. En Grèce, le PIB aura augmenté de 0,3% en 2016. La Commission européenne table pour 2017 sur une croissance de 2,7%. Le problème de la dette reste entier, il oppose le FMI et les instances européennes.

 

Marchés financiers

 

Taux : les 35 pays de l’OCDE vont emprunter un montant équivalent à 9 500 Mds $ en 2017. L’endettement moyen de ces pays atteint 74,1 % du PIB en 2016. Mais, compte tenu des remboursements, les émissions nettes devraient se limiter à 800 Mds $. Dans le contexte des politiques monétaires accommodantes, près de 10 000 Mds d’encours affichent des rendements négatifs.
 
Actions : les deux tiers des entreprises de l’indice CAC 40 ont publié leurs résultats trimestriels. Les ventes (+ 8%), comme les bénéfices (+ 32%) s’inscrivent en forte hausse, selon les données compilées par Bloomberg. En 2016, les sociétés du CAC 40 ont distribué 55,7 Mds € en dividendes et rachats d’actions, ce montant se rapproche du record atteint en 2007 (57 Mds €). Sanofi (6,66 Mds €), Total (5,9 Mds €) et Vivendi (5,57 Mds €) représentent un tiers des versements. En 2017, les dividendes distribués au titre de 2016 pourraient encore progresser.
 
Rédigé le 20/02/2017

 


 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale