Passer au contenu principal

Flash marchés du 2 au 8 mai 2017


 

​le 9 mai 2017

 

Environnement économique

 
Zone euro : l’activité économique en zone euro accélère en avril, selon l’enquête de l’institut
Markit. L’indice global, tous secteurs confondus, atteint 56,8 points, un plus haut depuis 6 ans. Selon les analystes, ce chiffre correspond à une croissance du PIB de 0,7 % au premier trimestre.
 
France : la victoire du candidat Emmanuel Macron à la présidentielle n’a pas surpris les
investisseurs qui l’avaient anticipé à 90 %. L’indice CAC 40 avait pris 100 points en 3 jours et clôturé la semaine sur un gain de 3 %, portant la performance, depuis le début de l’année, à plus de 11 %. Le nouveau Président va bénéficier d’un environnement économique meilleur que ses prédécesseurs. Mais l’économie française est endettée et se trouve donc exposée

au risque d’une remontée des taux. 40 % de la réduction récente des déficits publics proviennent de la baisse des taux qui allège la charge de la dette.

 
États-Unis : l’économie a créé 211 000 emplois en avril et le taux de chômage s’est replié à 4,4 %, contre 4,5 % en mars. La hausse du salaire horaire moyen atteint 0,3 % en avril et 2,5 % sur un an en glissement. Ces bons chiffres confirment le scénario d’une hausse des taux directeurs en juin. La Banque centrale estimant que le ralentissement de la croissance, 0,7 % au premier trimestre, était transitoire.
 
La Chambre des représentants a adopté, à 217 voix contre 213, un texte abrogeant et remplaçant l’assurance santé, dite Obamacare. Cette abrogation devra être confirmée au Sénat où la majorité républicaine est plus réduite et où certains républicains modérés se sont déclarés opposés à cette décision. Enfin, l’impasse budgétaire a été évitée par le Congrès qui a accepté une augmentation du plafond de la dette, mais a refusé le financement du mur à la frontière mexicaine.
 

Marchés financiers


Taux : les investisseurs ont anticipé la victoire du candidat pro-européen Emmanuel Macron
en réduisant la prime de taux à 10 ans de la France vis-à-vis de l’Allemagne. À 42 points de base, contre un plus haut de 80 points de base en février, la prime a retrouvé son niveau de décembre 2016. Le rendement à 10 ans de l’emprunt français est descendu à 0,83 %, alors que son homologue allemand est remonté à 0,41 %.

Pétrole : le prix du baril est redescendu en dessous des 50 dollars, son plus bas niveau depuis la fin novembre 2016. Une baisse plus faible qu’attendu des stocks de pétrole aux États-Unis et une hausse de la production du pétrole de schiste en sont la cause. Si une extension de l’accord de réduction des quotas de production est attendue le 25 mai au sein des pays membres de l’OPEP, une réduction plus forte semble peu probable à ce jour.

Actions : le résultat des présidentielles a entraîné des prises de profit, lundi, sur les marchés. Le cours des actions bancaires a fait l’objet de prises de profit, en particulier pour les banques françaises qui avaient surperformé par rapport à leurs consœurs européennes. À titre d’exemple, malgré un recul de 1,4 % lundi, le cours de Natixis affiche un gain de 21 % depuis le début de l’année, alors que l’ensemble du secteur gagne seulement 11 %. Les bons résultats des entreprises, la consolidation de l’idée européenne après les élections en Autriche, aux Pays-Bas et en France, et le maintien d’une politique monétaire accommodante, devraient créer des conditions favorables à la poursuite de la hausse des places boursières européennes.

Rédigé le 9/05/2017


 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale