Passer au contenu principal

Flash marchés du 30 janvier au 3 février


 

le 6 février 2017

Environnement économique

 
États-Unis : la Banque centrale n’a pas augmenté ses taux. Personne n’attendait un geste cette fois ci, mais quasiment tout le monde anticipe deux ou trois hausses de 25 points de base en 2017. Il faudra attendre la réunion du 14 juin pour obtenir une probabilité de hausse supérieure à 50% (67%). Le Comité de politique monétaire a mis en avant l’amélioration du moral des entreprises et des consommateurs. L’inflation reste dictée par la hausse du prix de l’énergie, confirmant le point de vue de la Banque centrale européenne sur ce sujet. Implicitement, on sent que la Réserve fédérale attend plus d’information sur les choix économiques du nouveau Président. Enfin, les créations d’emplois en janvier ont atteint 227 000 postes, ce qui a constitué un chiffre supérieur aux attentes. Le taux de chômage remonte à 4,8 %, alors que le taux de participation au marché du travail a augmenté de 0,2 points à 62,9 %. En glissement annuel, la hausse du salaire horaire ralentit, avec une progression de 2,5 %, contre 2,8 % en décembre.
 
Zone euro : le PIB de la zone euro a augmenté de 0,5 % au quatrième trimestre 2016, après 0,3 % au troisième trimestre. Sur l’ensemble de l’année, la hausse est de 1,7 %, soit un pourcentage un peu plus faible qu’en 2015 (2 %). Pour la France, le PIB a connu une progression limitée à 1,1 %. L’inflation est au plus haut depuis 2013, à 1,8 % en janvier sur un an (+ 1,4 % pour la France). Mais hors énergie, alimentation et tabac, l’inflation cœur est limitée à + 0,9 %. En janvier, le prix du baril de pétrole a gagné 73,9 % sur un an. Le taux de chômage a poursuivi sa baisse, mais se situe encore à 9,6 %, avec de fortes disparités entre pays. Le seul chômage des jeunes atteint 6,5 % en Allemagne, mais 26,2 % en France et dépasse les 40 % en Grèce, Espagne et Italie.
 

Marchés financiers

 
Taux : si les taux à 10 ans allemands et américains ont légèrement baissé, celui de l’emprunt français a continué d’augmenter pour atteindre 1,05 %. Le marché du crédit reste très dynamique, de nombreux émetteurs profitant des taux bas pour s’endetter.
 
Actions : la gestion actions de Natixis Asset Management prévoit une hausse d’environ 7 % des profits des entreprises européennes en 2017. Cette estimation est plus modérée que le consensus MSCI qui prévoit + 14,8 % pour la zone euro et + 15,2 % pour le MSCI Europe. Le consensus est plus prudent sur la France, avec une progression de 8,5 %, mais qui fait suite à une hausse de 11,6 % en 2016, contre 2 % pour les entreprises de la zone euro. Cet écart est attribuable pour une large part aux bons résultats des bancaires françaises en 2016, avec un effet de base défavorable pour 2017.
 
Rédigé le 6 février 2017

 


 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale