Passer au contenu principal

Flash marchés du 9 au 13 octobre 2017


 

​le 16/10/2017

 

Environnement économique

 

Croissance mondiale : Le FMI a revu à la hausse ses prévisions de croissance mondiale à 3,6% en 2017 et 3,7% en 2018. Dans son analyse qui s’appuie sur la reprise du commerce mondiale et la baisse de l’incertitude politique, la plupart des grandes puissances économiques ont contribué à cette amélioration des prévisions. L’Allemagne, l’Italie et l’Espagne se distinguent plus particulièrement pour la zone euro. Après une révision à la baisse en juin, la croissance américaine est à nouveau attendue en hausse grâce au niveau soutenu des investissements et au rebond du secteur de l’énergie.
 

 

États-Unis : L’indice des prix à la consommation a augmenté de 0,5% en septembre pour atteindre 2,2% sur un an mais ce chiffre s’explique principalement par une hausse du prix de l’essence à cause du passage des ouragans sur le sud du pays. Corrigé des éléments volatils (essence et alimentation), l’inflation n’a augmenté que de 0,1%, soit 1,7% sur un an. Ces chiffres ont été jugés décevants par rapport aux attentes des analystes et inquiétants pour la Fed et pour le FMI.

 

 
Zone euro : La production industrielle a augmenté de 1,4% en août. Cette progression s’explique principalement par une hausse de 3,1% de la production de biens d’investissement et de 1,3% pour les biens de consommation durables.
 

 

Marchés financiers

 
Taux : Le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed a confirmé l’intention de relever les taux directeurs d’ici la fin de l’année même si le niveau de l’inflation reste éloigné de l’objectif de 2 %. Le rapport mentionne également l’objectif de réduction de la taille du bilan à partir d’octobre.
 
Dans ce cadre et compte tenu de la diminution des risques politiques en Espagne, les taux des marchés obligataires se sont détendus de part et d’autre de l’Atlantique.
 
 
Actions : Aucun des événements importants attendus la semaine dernière n’aura fait vaciller les marchés. Ni la pseudo proclamation d’indépendance catalane, ni la réponse de Mariano Rajoy le lendemain, ni même le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale. La détente du risque politique en Espagne aura surtout profité à l’euro qui s’est apprécié face à l’ensemble des devises.
 
Aux Etats-Unis, la saison des résultats du 3e trimestre a commencé avec le secteur bancaire. Ceux de Bank of America ont été bien accueillis alors que d’autres (JPMorgan Chase, Citigroup et Wells Fargo) ont été jugés plus décevants.
 
 
 
Rédigé le 16/10/2017

 


 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale