Passer au contenu principal

Transmettre son entreprise

Un projet de reprise d’entreprise débute impérativement par une analyse de son cœur de métier et un diagnostic exhaustif de l’état de son marché. Viendra ensuite un benchmarking approfondi des concurrents de la cible sélectionnée.

Reprise d'entreprise : avis d'expert


Reprise d'entreprise : ne négligez pas l’analyse des forces et faiblesses de vos cibles

Pascal Margerin, directeur du département ingénierie financière de la Banque Populaire du Nord

 

Qui sont les hommes-clés de l’entreprise à reprendre ? La délégation fonctionne-t-elle correctement ? Comment les décisions sont-elles prises ? Lors d’un projet de reprise d’entreprise, ces interrogations sont d’autant plus cruciales lorsque le cédant est le fondateur de l’entreprise et qu’il risque donc d’avoir développé une tendance à la concentration de tous les pouvoirs… Il est également essentiel de s’intéresser de près au savoir-faire de la cible. Sur quoi repose-t-il précisément ? Constitue-t-il un avantage concurrentiel notable ? Et, tout comme pour le pouvoir, qui le détient exactement ?
 

Bien entendu, l’aspect financier est lui aussi primordial. Attention en particulier aux comptes d’exploitation peu lisibles. Et lorsque la rentabilité paraît plus faible que les moyennes du secteur, la priorité des priorités est de décortiquer tous les chiffres pour comprendre les raisons de cette situation. Étant donné la variété de tous ces points et la complexité des réponses à apporter, s’entourer de conseils est indispensable. Experts-comptables, avocats, financiers… Tous ont leur rôle à jouer dans une reprise d’entreprise. Les banques ont notamment l’avantage d’avoir accès à des bases d’informations incomparables telles que le fichier de la Banque de France ou la base Diane.

 

Cela étant, la réponse à certaines interrogations ne peut provenir que du cédant. Or il est fréquent que celui-ci soit réticent à faire preuve de transparence. C’est logique et il faut donc accepter que la transmission des informations se fasse progressivement. Pour autant, en cas de blocage, il ne faut surtout pas hésiter à insister jusqu’à obtenir gain de cause. Lorsqu’on s’apprête à racheter une entreprise, aucune question ne doit rester en suspens. Même lorsque l’affaire semble séduisante. J’irais même plus loin : plus l’affaire semble séduisante et plus les doutes doivent être levés avant la signature… "

 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale