Passer au contenu principal

Transmettre son entreprise


Vendre une affaire ne s’improvise pas. Le succès d’une transmission d’entreprise repose sur l’anticipation, la juste valorisation et l’accès à d’éventuels repreneurs. Trois piliers pour lesquels la Banque Populaire peut apporter son expertise.

 

​05/10/2015

 

Transmission d'entreprise : bien préparer le passage de flambeau


Transmettre pmeL’anticipation

Préparer en amont sa transmission d’entreprise permet tout d’abord d’établir la stratégie la moins coûteuse sur le plan patrimonial. L’anticipation a également une incidence sur la pérennité de l’affaire : en particulier dans les PME où le dirigeant détient toutes les manettes de contrôle, il est impératif de prévoir une transmission de son savoir-faire le plus tôt possible.
Enfin, préparer la vente de son entreprise de nombreux mois avant le jour J, en augmente la valeur. C’est le moment idéal pour réfléchir aux faiblesses puis de mettre en œuvre un plan d’action pour les réduire. Le portefeuille client n’est-il pas trop concentré ? Les hommes-clés sont-ils assez nombreux ? Tel est le type de questions abordées entre les experts de la Banque Populaire et les futurs cédants lors de réunions préparatoires à la vente. 
 

L’estimation de la valeur

Multiple de chiffre d’affaires ou de résultat, approche patrimoniale, discounted cash flow : on recense trois grandes familles de méthodes pour évaluer la valeur de son entreprise (voir ci-dessous). La première convient tout à fait à la cession d’un prestataire de services réalisant un chiffre d’affaires compris entre 1 et 20 millions d’euros. L’approche patrimoniale est davantage privilégiée pour les activités industrielles, de commerce ou de distribution qui ont souvent un patrimoine immobilier conséquent. Quant au discounted cash flow, il ne peut s’appliquer qu’aux sociétés d’une certaine taille ayant une visibilité précise de leur avenir. Mais quel que soit le type d’entreprise, il est intéressant de mixer ces trois approches. Les experts de la Banque Populaire peuvent se charger de cette mission afin de dégager une cohérence d’ensemble.
 

La mise en relation

Nombre de cédants se montrent réticents à l’idée de communiquer sur leur projet de transmission d’entreprise. Ils craignent de créer une sorte de défiance vis-à-vis de leurs clients, de leurs salariés, voire de leurs fournisseurs. De leur côté, les acheteurs se retrouvent souvent face à des listings pléthoriques d’affaires à reprendre sans informations concrètes pour faire un premier tri pertinent. Voilà pourquoi la mise en relation entre cédants et repreneurs nécessite souvent de faire appel à des conseils extérieurs. Les experts-comptables et les fonds d’investissement sont des pistes intéressantes. Tout comme la Banque Populaire, qui a développé une forte expertise en la matière à travers ses filiales spécialisées dans les interventions en haut de bilan.
 

Les 3 méthodes de valorisation

Méthode du multiple (CA, EBE, bénéfice net, etc.)
Le principe : l’entreprise vaut x fois un indicateur. Celui-ci dépend avant tout des habitudes du secteur d’activité et de la conjoncture.
Les avantages : méthode simple à comprendre et à utiliser. Elle permet des comparaisons avec d’autres entreprises d’un même secteur, ce qui rassure à la fois acheteurs et vendeurs.
Les inconvénients : même au sein d’un secteur donné, deux entreprises restent par essence très différentes. Ainsi, cette méthode ne prend pas en compte le fait que la réussite d’une société peut être très dépendante du dirigeant cédant. 
 
Méthode de l’approche patrimoniale
Le principe : l’entreprise vaut ce qu’elle possède.
Les avantages : lorsque les actifs de la société sont essentiels, cette méthode a le mérite de les prendre en compte. Le premier d’entre eux est bien sûr l’immobilier mais il peut aussi s’agir de brevets, de machines ultrasophistiquées, etc.
Les inconvénients : absence d’intérêt pour le potentiel futur de l’entreprise. En outre, les actifs incorporels sont souvent difficiles à évaluer.
 
Méthode du discounted cash flow
Le principe : l’entreprise vaut l’ensemble des flux futurs ramenés à la valeur d’aujourd’hui.
Les avantages : cette méthode est celle qui prend le plus en considération le potentiel de l’entreprise. Elle s’applique donc bien aux sociétés d’une certaine taille avec une visibilité suffisante. C’est encore plus vrai pour celles qui viennent de réaliser des investissements significatifs.
Les inconvénients : le cash flow reste difficile à estimer, en particulier dans les PME. De plus, la valeur annoncée est très liée aux hypothèses de croissance indiquées par les cédants.

 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale