femme homme tablette canapé
femme homme tablette canapé

De 55 à 60 ans, posez les fondations d’une retraite réussie

Anticipez votre retraite pour en profiter pleinement.

Contacter un conseiller
Contacter un conseiller

Entre formalités administratives et derniers ajustements de votre stratégie pour maintenir votre niveau de vie, la dernière ligne droite avant la retraite n’est pas la moins importante.

Banque Populaire vous accompagne pour ne manquer aucune étape et faire les bons choix à l’approche de cette importante échéance.

homme ordinateur canapé salon

Savoir à quoi vous attendre avec le bilan retraite

Pour préparer votre retraite de façon efficace, il convient tout d’abord de savoir ce qui vous attend. À quel âge pourrez-vous partir à taux plein ? Quel sera le montant de votre rente ? Autant de questions auxquelles vous obtiendrez des réponses en réalisant votre bilan de retraite.

Accessible sur info-retraite.fr, ce document recense l’ensemble des droits acquis durant votre carrière professionnelle : les trimestres que vous avez validés et les points acquis dans vos régimes complémentaires. Si ce document présente des erreurs ou des omissions, il est impératif de vous adresser à votre caisse de retraite pour procéder aux modifications nécessaires : le calcul de votre pension en dépend.

Utilisez notre simulateur retraite pour établir gratuitement une estimation précise de votre pension de retraite. Le calcul, effectué à partir d’éléments provenant de votre relevé de carrière, reste toutefois susceptible de modifications selon votre âge et l’évolution de votre carrière professionnelle.

N’hésitez pas à faire appel à votre conseiller Banque Populaire pour vous orienter dans vos démarches et pour établir la stratégie qui vous permettra de profiter d’une retraite optimale.

Compléter votre retraite avec des produits d’épargne adaptés

Quel que soit votre métier, il faut vous attendre à ce que votre pension de retraite soit inférieure à vos revenus professionnels. Et la différence peut s’avérer conséquente : on considère qu’un salarié ou un fonctionnaire non encadrant percevra l’équivalent de 60 à 75% de son dernier salaire et qu’un salarié cadre devra se contenter d’environ 50%(1).

Il est donc primordial d’anticiper et de vous constituer un capital retraite pour maintenir votre niveau de vie. Entre 55 et 60 ans, plusieurs solutions, parfois complémentaires, peuvent vous permettre d’y parvenir.

Constituer une épargne en vue de la retraite

Dispositif spécialement dédié à la création d’un complément de retraite, le PER permet de constituer une épargne que vous pourrez percevoir sous forme de capital (éventuellement en plusieurs versements), de rente viagère ou une combinaison des deux.

Du fait de son objectif, l’épargne constituée sur votre PER est normalement bloquée jusqu’à votre départ en retraite. Toutefois, des cas de déblocage anticipé ont été prévus par le législateur (achat de votre résidence principale ou en cas d’accident de la vie(2)).

À moins que vous n’optiez pour la non-déductibilité, les sommes versées sur votre PER sont déduites de votre revenu imposable(3). Vous bénéficiez donc d’un avantage fiscal lors de la constitution de votre épargne, sous la forme d’une économie d’impôt.
Par exemple, si vous relevez de la tranche marginale d’imposition à 30%, un versement de 2000 euros sur votre PER vous permet de réduire votre impôt sur le revenu de 600 euros.

Ces sommes déduites seront potentiellement réintégrées dans vos revenus imposables lorsque vous percevrez votre complément de retraite, que ce soit sous forme de rente ou de capital.

Notez bien que cette déduction fiscale des versements est optionnelle. Il est possible d’y renoncer en phase de constitution de l’épargne. Dans ce cas, vous bénéficierez d’une fiscalité(3) un peu plus allégée à la sortie du contrat et différente selon le choix de sortie (en rente ou en capital).

Dispositif spécialement dédié à la création d’un complément de retraite, le PER permet de constituer une épargne que vous pourrez percevoir sous forme de capital (éventuellement en plusieurs versements), de rente viagère ou une combinaison des deux.

Du fait de son objectif, l’épargne constituée sur votre PER est normalement bloquée jusqu’à votre départ en retraite. Toutefois, des cas de déblocage anticipé ont été prévus par le législateur (achat de votre résidence principale ou en cas d’accident de la vie(2)).

À moins que vous n’optiez pour la non-déductibilité, les sommes versées sur votre PER sont déduites de votre revenu imposable(3). Vous bénéficiez donc d’un avantage fiscal lors de la constitution de votre épargne, sous la forme d’une économie d’impôt.
Par exemple, si vous relevez de la tranche marginale d’imposition à 30%, un versement de 2000 euros sur votre PER vous permet de réduire votre impôt sur le revenu de 600 euros.

Ces sommes déduites seront potentiellement réintégrées dans vos revenus imposables lorsque vous percevrez votre complément de retraite, que ce soit sous forme de rente ou de capital.

Notez bien que cette déduction fiscale des versements est optionnelle. Il est possible d’y renoncer en phase de constitution de l’épargne. Dans ce cas, vous bénéficierez d’une fiscalité(3) un peu plus allégée à la sortie du contrat et différente selon le choix de sortie (en rente ou en capital).

Banque Populaire

Choisir une région

Vous avez des questions ?

Nos experts vous répondent.

Nous écrire

Prendre rendez-vous

Vous êtes déjà client ? En agence ou par téléphone, à l’horaire de votre choix.

Choisir un créneau
Vous pourriez aussi être intéressé par

Communication à caractère publicitaire et sans valeur contractuelle

(1) Selon les projections du Conseil d’orientation des retraites.
(2) Invalidité du titulaire, de ses enfants, de son époux ou épouse ou de son partenaire de Pacs, décès de l’époux ou de l’épouse ou du partenaire de Pacs, expiration des droits aux allocations chômage, surendettement (dans ce cas, c’est la commission de surendettement qui doit faire la demande), cessation d’activité non salariée à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire, acquisition de la résidence principale (sauf pour les droits issus de versements obligatoires).
(3) Selon conditions et limites des dispositions fiscales en vigueur.

Crédits photos : Getty Images

Thématiques similaires