Passer au contenu principal

Transmettre son entreprise

Tout au long du déroulement d’une opération de croissance externe, le conseiller peut jouer un rôle clé auprès du repreneur. Trois questions à Didier Tomine, directeur Ingénierie financière de la Banque Populaire Val de France.

Croissance externe


Croissance externe : s’adresser à sa banque constitue un atout important

Quel intérêt un entrepreneur en quête de croissance externe a-t-il à s’adresser à sa Banque Populaire régionale ?
 
S'adresser à la Banque Populaire, c'est l'assurance d'avoir des opportunités dans tous nos territoires. En effet, chaque Banque Populaire couvre un territoire en proximité et a par conséquent une connaissance très fine des acteurs de sa région. Nous savons aussi que bon nombre d'opérations de croissance externe ne se font pas au sein d'un seul territoire mais en interrégional. À ce titre, notre structure Ouest Ingénierie Financière, qui regroupe les activités d'ingénierie financière de quatre banques de l'ouest de la France (Banque Populaire Atlantique, Banque Populaire de l’Ouest, Banque Populaire Val de France et Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique), est un véhicule régional puissant pour nos clients. De même, les Banques Populaires régionales sont également en mesure de faciliter les opérations de Lille à Marseille ou de Brest à Strasbourg, car nos experts sont reliés entre eux sur tous les territoires par un outil informatique communautaire leur donnant accès aux informations locales. L'intérêt, pour les entreprises, de s'adresser aux Banques Populaires est donc de disposer de toute l'expertise de proximité, tout en ayant accès aux opportunités sur tout le territoire. J'ajoute que nous pouvons également faciliter les opérations transfrontalières.
 
 
 
Au-delà de l’aspect tenant à la couverture géographique, qu’apporte la Banque Populaire par rapport à des structures entièrement dédiées aux fusions et acquisitions ?
 
Les entreprises qui s’adressent à leur banque pour une opération de croissance externe profitent d’une complémentarité d’expertises délivrées par des experts dédiés à leur domaine de compétences : intermédiation entre vendeurs et acquéreurs, conseil fiscal et patrimonial, montages juridiques de fusion-acquisition, ingénierie financière, accès au capital investissement à travers des filiales spécialisées, structuration de dettes seniors… Ajoutons que l’entreprise est accompagnée par un responsable de l’ingénierie financière (RIF) qui orchestre chacune des étapes de l’opération. Cet interlocuteur clé constitue d’ailleurs une spécificité de la Banque Populaire.
 

L’autre différence majeure tient à notre vision propre d’une acquisition réussie. L’objectif n’est pas d’amener les deux parties à transiger sur le montant le plus élevé possible, mais de veiller à la pérennité de la reprise. Cela passe en particulier par une recherche permanente du juste prix de vente. Or, une telle démarche ne contente pas uniquement le repreneur. Dans l’immense majorité des cas, elle satisfait aussi le cédant qui n’a pas envie de voir son entreprise entre les mains d’un successeur étranglé par une dette senior intenable…

 

 
 
Du fait de sa position de première banque française des entreprises, la Banque Populaire est parfois amenée à servir à la fois les intérêts du cédant et du repreneur. Comment garantissez-vous à chaque partie qu’elle ne sera pas lésée ?
 

Avec une entreprise française sur trois cliente de la Banque Populaire, un tel cas de figure est inévitable. Qu’il s’agisse de transactions régionales ou interrégionales, les situations sont fréquentes. Mais c’est au contraire un avantage indéniable dans la mesure où cela facilite le premier contact entre le repreneur et le cédant. Les deux parties ont besoin de se sentir en confiance pour dévoiler leurs projets respectifs.
Cela dit, chaque ingénieur financier se focalise bien sûr sur le seul intérêt de son mandant de manière totalement imperméable aux attentes de l’autre partie. Et, professionnalisme oblige, ces mises en contact se déroulent toujours en respectant une règle intangible de confidentialité absolue de part et d’autre.

 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale