Passer au contenu principal

Les étudiants et l'entrepreneuriat


 

​22/09/2015

 

 

Les étudiants et l'entrepreneuriat

 

 

Les étudiants et l'entrepreneuriat
L'enquête Ifop - Banque Populaire sur l'entrepreneur de demain menée auprès de chefs d'entreprise a également été soumise à des étudiants d'HEC.
Découvrez quelles sont les attentes et les ambitions de la génération Y en matière d'entrepreneuriat.

Les étudiants d'HEC partagent avec les autres sondés les valeurs de performance et de responsabilité citées respectivement par 40 % et 34 % d’entre eux. Mais ces futurs entrepreneurs ajoutent une dimension émotionnelle à l’aventure. À les en croire, c’est la créativité (50 %), l’ambition (43 %) et la passion (36 %) qui doivent guider leur vision de l’entreprise. Une spécificité générationnelle partagée avec les plus jeunes dirigeants d’entreprise de moins de 35 ans interrogés par l’Ifop.

Une aventure personnelle
Parallèlement, les étudiants revendiquent une ambition personnelle comme motivation première de leur projet : 31 % citent l’envie de se réaliser, de s’épanouir, 17 % la volonté d’être libre et indépendant. Des valeurs qui se situent en décalage avec la vision plus fédératrice et collective exprimée par les dirigeants d’entreprise.

 

Un nouveau management

Les étudiants expriment, dans leur choix de futurs gestionnaires et managers, les valeurs de la génération Y. Selon eux, l’entreprise de demain devra intégrer plus de flexibilité dans l’organisation du travail (pour 28 % des sondés) et dans les modalités d’évolution de carrière et de promotion (22 % contre 8 % pour les dirigeants d’entreprise). Elle devra également faire une plus large place à la participation des salariés aux décisions de l’entreprise (18 %) et disposer d’une structure hiérarchique et managériale plus légère. De même, ils sont plus nombreux que les dirigeants d’entreprise à insister sur la confiance et le développement personnel des salariés.
Un tiers de ces étudiants pensent que c’est le fait de donner plus de sens aux objectifs des collaborateurs ou d’encourager la prise d’initiative et la créativité qui contribuera le plus à améliorer l’efficacité du management dans les années à venir.
 

Digital natives

Sans surprise, les étudiants d’HEC font la part belle au numérique et à la mondialisation. La moitié d’entre eux estiment que le développement du digital aura un impact très important sur l’entreprise et plus d’un tiers que l’internationalisation jouera un rôle équivalent (contre 34 % et 25 % pour les dirigeants). Dans le même ordre d’idée, 71 % jugent que l’entreprise de demain ne peut faire l’impasse sur la R&D et l’innovation. Ces « digital natives » jugent nécessaire d’accompagner et de renforcer le développement des nouvelles technologies au sein de l’entreprise. Une majorité (58 %) se dit convaincue qu’il est impératif de former les collaborateurs à ces nouvelles pratiques, et 31 % qu’il convient de les équiper rapidement en outils digitaux.
 

Entreprise citoyenne

Enfin en matière de RSE, là où les dirigeants valorisent en premier lieu l’utilité sociale de l’entreprise, les élèves d’HEC mettent en avant son empreinte sociétale (indispensable pour 40 % d’entre eux), loin devant son utilité environnementale (22 %).


Enquête réalisée en juillet 2015 auprès d'un panel de 70 étudiants d'HEC Entrepreneurs.
 
 (1) Une étude Ifop - Banque Populaire a été menée auprès d'un échantillon de 500 dirigeants d'entreprise, représentatif des entreprises françaises de 10 à 500 salariés. Les interviews ont été réalisées par téléphone entre le 8 juin et le 2 juillet 2015.

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale