Passer au contenu principal

Préparer sa succession


Préparer sa succession est un acte de prévoyance. Pour ses proches, bien sûr, mais aussi pour soi-même. Cependant, organiser la manière dont sera réparti son patrimoine ou mettre en place les solutions financières qui garantiront la tranquillité de ses vieux jours sont parfois des actions plus complexes qu’il n’y paraît. Mieux vaut prendre conseil pour agir en connaissance de cause…

Profitez d’une retraite sereine en préparant votre succession

Vous souhaitez profiter sereinement de votre retraite : commencez donc par préparer votre succession… Si cette assertion peut sembler quelque peu déroutante de prime abord, elle se fonde pourtant sur une réalité objective : une succession mal organisée, ou pas organisée du tout, peut conduire à des situations délicates. Les exemples de conflits entre héritiers sont malheureusement de plus en plus fréquents, y compris du vivant de leurs parents. Si le droit et la finance ne permettent pas de régler tous les problèmes, ils peuvent en revanche s’avérer fort utiles pour les anticiper… Le souhait de la plupart des retraités est souvent de pouvoir aider autant que possible leurs enfants ou petits-enfants : réaliser un projet immobilier, entrer dans la vie active, faire des études. Si certains passent à l’acte, en procédant par exemple à des donations de leur vivant(1), d’autres hésitent ; souvent par crainte de se dessaisir de biens ou d’argent dont ils pourraient avoir besoin plus tard. Or il existe, à côté des classiques donations, bon nombre de solutions qui permettent de se montrer généreux sans pour autant se priver. L’une des plus classiques consiste, par exemple, à transmettre la nue-propriété d’un bien immobilier, et à en conserver l���usufruit c'est-à-dire les revenus éventuellement dégagés par ce bien ou encore de conserver l’usage de ce bien immobilier. Il est également possible de donner de manière temporaire, ou bien encore de consentir un prêt remboursable.
Plusieurs solutions financières peuvent par ailleurs vous permettre de gratifier vos proches, et de vous prémunir contre les risques de maladie ou de perte d’autonomie. Un contrat d’assurance vie classique souscrit, par exemple, au profit de vos enfants ou petits-enfants leur assurera, le moment venu, de disposer d’un capital transmis dans d’excellentes conditions fiscales(2); mais vous pourrez toujours en disposer si le besoin s’en faisait sentir(3). Autre forme d’épargne de précaution : les contrats d’assurance dite dépendance. Leur souscription peut vous assurer la prise en charge totale ou partielle des frais liés à une éventuelle perte d’autonomie(4).
Enfin, si vous ne souhaitez pas gratifier vos proches de votre vivant, il reste nécessaire d’organiser, le plus tôt possible, la manière dont vos biens seront répartis lors de votre décès. Ne serait-ce que pour protéger votre conjoint.   

Dans tous les cas, ces sujets, parfois compliqués, méritent information et réflexion. Votre conseiller Banque Populaire, professionnel des sujets financiers, juridiques et fiscaux, est à même de recueillir vos attentes en matière de retraite et de succession et de vous accompagner pour la mise en place des solutions les mieux adaptées à vos besoins. Dans le cas de problématiques complexes, il pourra également s’appuyer sur le réseau d’experts de la banque.

 

 
Le saviez-vous ?
Pour soulager vos proches des dépenses financières liées à l’organisation de vos obsèques, vous pouvez épargner régulièrement sur un produit  d’épargne crée à cet effet.
En moyenne, les obsèques coûtent 4 500 euros à chaque Français, ce tarif incluant les frais de pompes funèbres (cercueil, porteurs et véhicule, opération d'inhumation ou de crémation) et toutes les formalités annexes (annonces dans la presse, frais de culte, soins de conservation…)(5).
 

 

Un tiers des couples âgés de plus de 50 ans épargnent au moins 100 euros par mois pour leurs enfants. En revanche, ils ne sont que 4 % à agir ainsi lorsqu’ils ont moins de 40 ans(6).
 
(1) En France, 82,7 % des donateurs sont âgés de plus de 60 ans, 56,3 % de plus de 70 ans – Source : Insee, Enquête patrimoine 2010.
(2) Selon les conditions légales, fiscales et contractuelles en vigueur.
(3) Hors cas d’acceptation ou de nantissement du contrat d’assurance
(4) Selon les conditions contractuelles en vigueur
(5) Source : Le Monde 11 avril 2013 « Ce qu'il faut savoir avant de souscrire un contrat obsèques »
(6) Source : étude DAFSA mai 2013 sur 1999 familles monoparentales, traditionnelles et recomposées

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale