Passer au contenu principal

2017, les enjeux économiques


 

​le 18/01/2017

 

Placements financiers : quelles opportunités en 2017 ? Découvrez les sept enjeux économiques définis par Natixis Global Asset Management.

 

1. BREXIT, LES NÉGOCIATIONS POUR LA SORTIE

 La mise en œuvre des résultats du référendum du 23 juin 2016 tarde. La notification de la sortie de l’Union Européenne et le démarrage des négociations devraient s’opérer en 2017. Le gouvernement le souhaite avant mars mais la date reste conditionnée par la décision à prendre par la justice pour déterminer si c’est le Gouvernement ou/et le Parlement qui décide(nt) de la sortie. 

 

2. TAUX D’INTÉRÊT, LES CONTINENTS S’ÉCARTENT

En 2017, il est probable qu’il y ait un écart plus important entre les États-Unis et la zone euro. Jusqu’à présent les deux régions avaient des stratégies cohérentes. Avec la forte baisse d’impôts outre-Atlantique les taux d’intérêt seront plus élevés. La zone euro ne pourra pas se permettre des taux plus élevés. La Banque centrale européenne aura un rôle crucial.

 

3. PAS DE FLAMBÉE DU PRIX DU PÉTROLE

Le prix du pétrole s’est stabilisé autour de 50 dollars depuis la fin du printemps 2016. C’est probablement un niveau entre 50 et 55 dollars qu’il faut anticiper pour 2017. L’accord de réduction de la production ne permettra pas une hausse forte et durable du prix. La demande n’est pas suffisante et les stocks sont très importants. Ces deux éléments sont des freins à une hausse du prix de l’or noir.

 

4. PROGRESSION LIMITÉE DE LA CROISSANCE FRANÇAISE

Le profil de l’économie française est toujours sur une allure modérée. La consommation des ménages et l’investissement sont moins dynamiques que par le passé et plus volatils. Il n’y a pas d’effets forts et de hausse sur les anticipations des acteurs de l’économie. C’est le rôle que pourrait avoir une politique budgétaire plus volontariste.

 

5. INFLATION MODÉRÉE

Le profil de l’inflation est, depuis 2014 notamment, totalement conditionné par le profil du prix de l’énergie. Les autres composantes (services et biens) ont une progression limitée. La raison principale est l’absence de tensions au sein de l’économie et notamment sur le marché du travail.

 

6. TOUJOURS UN ENVIRONNEMENT DE TAUX BAS

Les taux d’intérêt de long terme achèvent une longue période de repli. Leur niveau est historiquement bas. Depuis le début des années 80 et la bataille des Banques centrales pour réduire le taux d’inflation, les taux d’intérêt sont en baisse. Ils n’iront pas plus bas et le risque est de les voir remonter à un horizon proche. La Banque centrale européenne veillera à ce que cela n’aille pas trop vite. Pour les investisseurs ce changement se traduira par une allocation d’actifs très différente.

 

7. DES ÉVÉNEMENTS GÉOPOLITIQUES À SURVEILLER

En 2016, les risques ont été principalement géopolitiques. Cela concerne le référendum sur le BREXIT, l’élection présidentielle aux États-Unis, les attentats en France ou encore la guerre en Syrie. L’impact sur les marchés financiers a été réduit pour l’instant. Pour 2017, ce sont des risques du même type auxquels il faudra être attentif. L’élection présidentielle en France sera de ce point de vue une date importante.

 

Source : NGAM - janvier 2017


 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale