Passer au contenu principal

Le travail en mutation


 

22/09/2015
 

Les défis du travail en mutation

 

Passage en revue, avec Xavier Pavie, professeur à l’ESSEC, de ces mutations qui traduisent autant de défis socio-économiques pour l’avenir.

 

 

Nouvelles gouvernances
 
La révolution numérique abolirait-elle la notion même de « chef d’entreprise » ? Le développement du modèle collaboratif mettant en interaction des compétences individuelles de plus en plus différenciées soulève la question. « Les réseaux ne sont plus hiérarchiques mais parallèles, observe Xavier Pavie. La figure surplombante du “patron” tient de moins en moins face à une nouvelle génération d’employés qui forge et apporte elle-même le savoir. » Ceci conduira les dirigeants à adapter leur organisation, notamment pour attirer et/ou conserver les talents.
 
 
Nouvelles façons d’innover
 
Pour une entreprise, l'innovation vient parfois de l’extérieur : d’autres lieux, d’autres secteurs. Outre-Atlantique, elle a notamment surgi des viviers universitaires. Elle peut prendre une figure concurrentielle jamais vue avec l’échange de services directs entre usagers connectés sur Airbnb ou Uber par exemple, permis par cette « révolution » numérique. Comment donc l’incorporer ? « En créant soi-même sa propre concurrence », estime Xavier Pavie, citant le groupe Accor qui a lancé Marketplace pour contrer Booking.com. En stimulant les équipes en interne ou en se plaçant dans une démarche d’open innovation. Comprendre que l’innovation vient d’ailleurs, voilà une clé.
 
 
Nouveaux outils
 
La révolution numérique est aussi anthropologique. « Les capacités informatiques des nouvelles générations sont devenues en soi des capacités intellectuelles », résume Xavier Pavie. C’est là le socle d’un travail en mode projet ou mission, reposant sur l’autonomie de production des individus. Sollicitant des compétences particulières, la production collaborative crée en même temps une convergence des actions dans des domaines jusque-là cloisonnés : marketing, ressources humaines et finance.
 
 
Nouveaux modes de financement pour nouveaux business models
 
Le projet en mode collaboratif ne distingue pas ses implications ou ses ressources sous forme d’étapes. La définition et la mise en œuvre du produit sont concomitantes de son financement. L’association des talents se double de l’appel à participation par le crowdfunding. « L’innovation passe aussi par ce mécanisme, rappelle Xavier Pavie. En parallèle du crédit sur l’innovation accordé par les banques(1), se développent donc ces plateformes telles que KissKissBankBank où les internautes s’engagent financièrement sur les projets qui les intéressent. » Chaque entreprise pourrait s’inspirer de cette nouvelle pratique pour stimuler la recherche de nouveauté en interne.
 
 
Nouveaux lieux
 
Les fablab, ateliers virtuels et autres lieux de coworking constituent les déclinaisons de ces entreprises nourries de mobilité. Est-il besoin d’être physiquement présent dix heures de rang dans un même lieu dédié pour avancer ? La question n’a plus de raison d’être dans un monde connecté, où la mission s’ajuste à du temps de travail défini et souvent choisi. Et où l’inspiration vient des rencontres que l’on peut faire en ces lieux dans lesquels gravitent nombre d'acteurs du changement. 
 
 
Bio express
 
Diplômé en sciences de gestion et docteur en philosophie, Xavier Pavie a travaillé près de 15 ans dans différentes organisations (Nestlé, Unilever, Club Méditerranée) au sein des directions marketing et innovation.
Professeur à l’ESSEC Business School, il est chargé, depuis 2011, de définir « l’innovation responsable » avec l’appui d’un réseau d’universités internationales au sein d’un projet soutenu par la Commission européenne. En 2014, il a été nommé président de la commission d’évaluation « Innovation-régulation-gouvernance » de l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre du programme « Horizon 2020 ».
 
 
Notions clés
 
  • Open innovation : consiste à connecter les entreprises à leur environnement pour s’approvisionner en idées, en inventions, en équipes et en validations de marché (via des partenariats avec des laboratoires de recherche, la conception collaborative de produits y compris avec des concurrents, le développement d’un écosystème de start-up, etc.).
    Source : http://www.challenges.fr/

 

  • Crowdfunding vs crowdsourcing : le crowdfunding consiste à faire appel à un grand nombre de personnes, notamment sur Internet, pour financer des projets. Le crowdsourcing fait appel quant à lui aux compétences, à la créativité et à l’imagination des internautes afin de créer un contenu participatif ou collaboratif.

 

  • Fablab : un lieu ouvert au public où sont mises à disposition toutes sortes d'outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d'objets.
 
 
(1) La Banque Populaire propose par exemple Innov&Plus. Ce financement bénéficie du soutien de l’Union européenne par le biais de l’instrument de partage des risques (RSI) pour les PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI) orientées vers la recherche et l’innovation – compartiment dédié du mécanisme de financement avec partage des risques (RSFF)



 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale