Passer au contenu principal

Gestion flexible


 

​06/07/2016

Gestion flexible : pour faire face à la volatilité des marchés

 

Les gestionnaires de fonds dits « flexibles » peuvent modifier la composition de leurs portefeuilles d'investissement et en réduire l’exposition aux actifs les plus volatils (notamment actions). Objectifs : tirer profit des hausses des marchés tout en essayant de limiter les conséquences de leurs baisses.

La gestion flexible s’est notablement développée en réponse aux crises financières de 2008 puis de 2011. Ces périodes ont conduit certains gestionnaires d’actifs à proposer de nouvelles solutions. En effet, beaucoup d’épargnants n’étaient pas en capacité, ni financièrement ni psychologiquement, d’assumer les chocs violents qu’assènent parfois les marchés et d’attendre par la suite une reprise susceptible d’intervenir sur le long terme.

En outre, les actifs peu risqués génèrent de moins en moins de rendement et la volatilité des différentes classes d’actifs varie de plus en plus rapidement. C’est donc à la fois pour répondre aux nouveaux défis des marchés financiers et aux besoins des investisseurs que se sont développées les méthodes permettant d’introduire davantage de flexibilité dans la gestion des fonds. L’objectif est de bénéficier largement des hausses des marchés tout en réduisant autant que possible l’impact de leurs baisses. 

À chaque gestionnaire, une gestion flexible spécifique

Également nommée « gestion diversifiée », « gestion patrimoniale », « gestion d’allocation » ou bien encore « gestion multi-classes d’actifs », la gestion flexible n’est pas une catégorie homogène, ni une appellation contrôlée par l’Autorité des marchés financiers (AMF). En quoi les différents types de fonds flexibles se différencient-ils ? D’abord par l’étendue des classes d’actifs sur lesquelles ils peuvent intervenir. Certains se limitent aux actions et aux supports obligataires (obligations d’État, obligations privées, obligations convertibles), quand d’autres peuvent également investir dans d’autres classes d’actifs moins courantes telles que les matières premières ou les devises. Leur univers d’investissement, en termes géographiques, est aussi plus ou moins large.

Certains fonds se cantonnent aux marchés français ou européens ; d’autres investissent dans le monde entier. Autre différence : les techniques de gestion utilisées. Si certains gestionnaires ont recours à des méthodes dites quantitatives pour chercher à anticiper les variations des marchés, d’autres se basent sur des analyses fondamentales de l’économie. Enfin et surtout, les gestionnaires de fonds flexibles disposent de plus ou moins de latitude dans la gestion de leur niveau d’exposition aux actions : certains peuvent le faire varier de 0 % à 100 %, quand d’autres s’obligent à évoluer dans des bornes contraintes : typiquement de 0 % à 30 % ou de 0 % à 50 %.
 

Les gérants flexibles ne sont pas infaillibles

Si la gestion flexible a pour objectif d’offrir un cadre plus protecteur aux capitaux que les investisseurs confient à leur gestionnaire, elle ne doit pas faire oublier que cette promesse – concilier recherche de performance et protection du capital – n’est pas facile à tenir. Les gérants de fonds flexibles ne sont pas infaillibles ; avoir des convictions et les mettre en oeuvre ne signifie pas avoir toujours raison. La recherche d’une plus grande protection du capital a aussi un revers : une possible moindre participation à la performance des marchés, notamment en cas de hausse soudaine et importante. Avant tout investissement dans un fonds flexible, l’épargnant devra s’assurer qu’il a acquis une bonne compréhension de la stratégie de gestion de ce fonds.

Il lui faudra prendre connaissance du document d'information clé pour l'investisseur (DICI) qui lui permettra notamment de mieux cerner le risque inhérent à cet investissement, grâce à l’indicateur synthétique de risque et de rendement (SRRI, gradué de 1, très peu risqué, à 7, très risqué). Il devra aussi vérifier la régularité des performances de ce fonds.
Pour faire bénéficier ses clients du meilleur de la gestion flexible, Banque Populaire propose notamment les fonds de Dorval AM.
 

 

 Pour en savoir plus :

 > Gestion flexible : une méthodologie spécifique

 

 

 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale