Passer au contenu principal

Anticiper sa retraite et ses revenus

Enveloppe spécifiquement dédiée à la préparation de la retraite, le plan d’épargne retraite populaire permet de se constituer une épargne génératrice de revenus complémentaires. Comment fonctionne-t-il ? Quels sont ses avantages ? Perp, l’essentiel.

Plan d'épargne retraite populaire, l’essentiel


Qu’est-ce que le Plan d'épargne retraite populaire (PERP) ?

 ​

Le principe du PERP
Le plan d'épargne retraite populaire (Perp) est un contrat d’assurance vie spécialement dédié à la préparation de la retraite. À l’issue de la phase d’épargne, le capital constitué est converti en rente viagère. Une sortie en capital peut également être proposée par l’assureur, dans la limite de 20 % de la valeur du contrat ; cette conversion peut intervenir dès lors que le titulaire du plan a fait valoir ses droits légaux à la retraite. La rente est versée « à vie », c’est-à-dire jusqu’au jour du décès du titulaire. Il est également possible de prévoir, en cas de décès, un « reversement » d’une partie de la rente au profit du conjoint ou des enfants.
 
 
Comment souscrire ?
 
Le Perp est un produit d’épargne que vous pouvez ouvrir auprès de votre conseiller bancaire habituel. Il vous suffit d’être majeur, fiscalement domicilié en France, d’exercer ou non une activité professionnelle – et ne de pas déjà être à la retraite. Pour l’alimenter, vous pouvez choisir le rythme et le montant de vos versements, en toute liberté.
 
 
Quelle fiscalité sur les versements ?
 
Le Perp bénéficie de ce qu’il est convenu d’appeler un « avantage à l’entrée ». Les versements que vous effectuez sont en effet déductibles de votre revenu imposable à l’impôt sur le revenu, dans la limite d’un « double » plafond global.
Pour les versements effectués en 2014, la déduction maximale autorisée est égale au plus élevé des deux montants suivants : 
  • 3 703 € lorsque les revenus professionnels de 2013 (nets de cotisations sociales et de frais professionnels) sont inférieurs au PASS
  • 10 % des revenus professionnels de 2013 (nets de cotisations sociales et de frais professionnels), sachant que la déduction ne doit pas excéder 29 625 euros(1)

 

Il faut savoir que si ce plafond global annuel de déduction n’est pas utilisé en totalité, le surplus est reporté sur les trois années suivantes.

 

 

Quelle fiscalité sur les rentes ?
 
La pension versée sous forme de rente est soumise à l’impôt sur le revenu, selon le régime applicable aux pensions, après application de l’abattement de 10 %. Elle est également soumise aux prélèvements sociaux, dans les mêmes conditions que les pensions de retraite servies par les régimes généraux(2).
 
 
Peut-on récupérer son capital avant le départ en retraite ?
 
Dans certaines conditions, il est effectivement possible de « sortir » d’un Perp par anticipation. Les cas sont précisément énumérés par la loi :
  • invalidité de 2e ou 3e catégorie, au sens de la Sécurité Sociale
  • fin de droits au chômage, suite à un licenciement
  • cessation d’une activité non salariée, à la suite d’une liquidation judiciaire
  • décès du conjoint ou du partenaire lié par un Pacs
  • surendettement du titulaire

 

Le capital ainsi récupéré n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu.

 

Pour en savoir plus, consultez notre dossier complet sur la préparation et la gestion de votre retraite.
 
Ou retrouvez l’interview de Delphine Choucroun, chef de produits épargne à la Banque Populaire Rives de Paris.
 
 
(1) 10 % de 8 fois le plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) de l’année précédant celle du versement des sommes sur le Perp. 
(2) Les prélèvements sociaux comprennent la CSG au taux de 6,6 %, la CRDS au taux de 0,5 % et la CASA (contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie) au taux de 0,30 %.
 

 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale