Passer au contenu principal

Flash marchés du 6 au 10 février 2017


 

​le 13 février 2017

 

Environnement économique

 
Zone euro :  la France a enregistré un creusement de son déficit commercial qui a atteint 48,1 milliards d'euros en 2016. Après 4 années de baisse, cette hausse se produit alors que le prix du pétrole a chuté et que la hausse du dollar aurait dû faciliter nos exportations. L’aéronautique, l’automobile et l’agriculture, trois secteurs traditionnellement dynamiques, contribuent cette fois-ci le plus fortement à la dégradation du commerce extérieur. Si la déception de l’aéronautique et de l’agriculture peut être provisoire, celle sur l’automobile paraît plus structurelle, et donc inquiétante. Sur le fond, il semble bien que la production française soit mal adaptée à la demande interne et externe. Enfin, la Cour des comptes s’inquiète de la remontée des taux, alors que le mouvement contraire, ces dernières années, a contribué pour plus de 40 % à la réduction du déficit public entre 2012 et 2016.
 
Les commandes à l’industrie en Allemagne ont rebondi de 5,2 % en janvier, après une contraction de 3,6 % en décembre. Si les données de fin d’année sont à considérer avec une certaine prudence, elles laissent entrevoir un niveau élevé de production pour les mois à venir, selon les analystes de Commerzbank.
 
OPEP : le cartel des pays producteurs de pétrole respecterait à hauteur de 90 % ses engagements de réduction de l’offre. La Russie, non membre du cartel, tiendrait également la même promesse. Au total, selon l’Agence internationale de l’énergie, l’offre mondiale de pétrole aurait reculé de 1,5 million de barils/jour, entre décembre et janvier, à 96,4 millions de barils/jour.
 

 

Marchés financiers


Taux : James Bullard, le président de la Fed de St. Louis, s’attend à ce que les taux demeurent exceptionnellement bas, sans générer de pression inflationnistes. Cette déclaration a fait baisser le rendement à 10 ans de l’emprunt d’État américain. En Europe, la prime de taux à 10 ans que doit payer la France (1,03 %) vis-à-vis de l’Allemagne (0,33 %) tend à se stabiliser autour de 70 points de base. L’accalmie se propage également à l’Espagne (1,67 %) et à l’Italie (2,23 %).

Actions : la bourse américaine a atteint un nouveau record après l’annonce par Donald Trump qu’il dévoilera dans les prochaines semaines une information très importante sur le plan fiscal. Plus de 70 % des entreprises du S&P 500 ont publié leurs comptes. En moyenne, les résultats progressent de 5,2 % et les ventes augmentent de 4,4 %. Les bonnes surprises l’emportent sur les mauvaises pour les bénéfices, alors que le ratio est équilibré pour les chiffres d’affaires.

En Europe, 45 % des sociétés de l’Euro Stoxx 50 ont communiqué leurs résultats trimestriels. Si les ventes gagnent près de 3 %, les résultats chutent de 14,8 %. Mais cette dernière donnée est fortement influencée par la très importante chute des bénéfices des financières, du fait des difficultés des banques italiennes et allemandes. Les banques françaises tirent leur épingle du jeu, même si les réseaux sont pénalisés par la faiblesse des taux qui impacte la marge bancaire.

Rédigé le 13/02/2017


 

 


 

 


 

 


 

 


 
Partager :  

acces directs

Ma banque populaire régionale